Connectez-vous S'inscrire

Les Citronniers

Sortie le 23 avril 208




Salma vit dans un petit village palestinien de Cisjordanie situé sur la Ligne verte qui sépare Israël des territoires occupés. Sa plantation de citronniers est considérée comme une menace pour la sécurité de son nouveau voisin, le ministre israélien de la Défense. Il ordonne à Salma de raser les arbres sous prétexte que des terroristes pourraient s'y cacher. Salma est bien décidée à sauver coûte que coûte ses magnifiques citronniers. Quitte à aller devant la Cour Suprême afin d'y affronter les redoutables avocats de l'armée soutenus par le gouvernement. Mais une veuve palestinienne n'est pas libre de ses actes surtout lorsqu'une simple affaire de voisinage devient un enjeu stratégique majeur. Salma va trouver une alliée inattendue en la personne de Mira l'épouse du ministre. Entre les deux femmes s'établit une complicité qui va bien au-delà du conflit israélo-palestinien.

Réalisé par Eran Riklis
Avec Hiam Abbass, Ali Suliman, Rona Lipaz Michael

Primé à Berlin

Présenté en 2008 au Festival de Berlin dans le cadre de la section Panorama, Les Citronniers y a décroché le Prix du public.

Madame Hiam
Actrice sans frontières, vue dans des films aussi différents que Satin rouge, Free zone, Munich ou Dialogue avec mon jardinier, Hiam Abbass figurait au générique du précédent film d'Eran Riklis La Fiancée syrienne. Cette Palestinienne de nationalité israélienne y incarnait la soeur affranchie de l'héroïne. D'autre part, elle a déjà eu l'occasion de croiser Ali Suliman (l'avocat des Citronniers) sur le plateau de Paradise Now.

Le circuit Riklis

Les Citronniers est le sixième long métrage Eran Riklis, cinéaste israélien dont le précédent film, La Fiancée syrienne avait été très remarqué lors de sa sortie en 2005. Né en 1954 à Jérusalem, élevé entre les Etats-Unis, le Canada et le Brésil, Riklis, diplômé de la National Film School de Beaconsfield en Grande-Bretagne, vit aujourd'hui à Tel-Aviv.

Les racines des "Citronniers"
Eran Riklis explique comment lui est venue l'idée des Citronniers : "Après le succès de La Fiancée syrienne, j'avais deux convictions : je voulais tourner à nouveau avec Hiam Abbass en lui donnant un rôle principal et je souhaitais ?me rapprocher de chez moi? en traitant la situation qui règne au Moyen-Orient, c'est-à-dire en passant du confort relatif sur les hauteurs du Golan à la situation explosive qui sépare les Israéliens des Palestiniens. J'ai donc commencé par chercher une histoire en suivant notamment plusieurs affaires opposant des citoyens palestiniens à l'État d'Israël. J'ai découvert que les Palestiniens ont la possibilité de saisir la Cour Suprême. Ce qui constitue une indication plutôt positive quant au fonctionnement du système judiciaire israélien. Ensuite, parce qu'en dépit de ce système, il règne un profond sentiment d'injustice qui résulte pour une bonne part de ces nombreuses années d'occupation."

Un zeste d'espérance
Eran Riklis précise ses intentions : "Le Moyen-Orient est en constante mutation. Quand vous y pensez, ce n'est pas forcément en termes d'espoir, d'optimisme, de nouveaux horizons. Les arbres sont là depuis toujours. Ils peuvent témoigner. Pourtant lorsqu'on évoque cette région, on a tendance à citer spontanément des oliviers. Cette histoire parle de citronniers qui deviennent une menace pour la sécurité nationale : un honneur auquel ces arbres n'ont pas vraiment été habitués (...) Les citronniers n'est donc pas que l'histoire simple de gens qui se retrouvent opposés les uns aux autres. Mais les simples espérances représentent un grand pas en avant, comme on l'a souvent constaté dans de nombreux endroits du monde et à travers la tension qui règne dans cette région en particulier Il s'agit d'un film sur la solitude évoquée à travers la condition de deux femmes : Salma, qui incarne le point de vue palestinien, et Mira, l'épouse du ministre israélien de la Défense. Cette solitude est partagée par tous les autres protagonistes, autant d'approches différentes quelle que soit leur façon de vivre."

Un film politique ?
Le cinéaste ne veut pas employer le mot "politique" à propos de son film : "Je ne crois pas à ce terme car je le trouve dépassé. Aujourd'hui tout est politique et quoi que vous disiez, que vous fassiez ou que vous pensiez, tout possède un impact ou une implication politiques. Les décisions que prennent les hommes politiques entraînent des conséquences immédiates sur la vie des gens, où que ce soit, en particulier quand on habite dans une ?zone dangereuse? telle que le Moyen-Orient, mais aussi quand on vit à New York, à Paris ou à Berlin. Donc Les Citronniers n'est pas un film politique, il y est juste question de gens qui se trouvent aux prises dans une situation apparemment inextricable. Le ministre de la Défense, son épouse, Salma, son avocat, sont piégés à la fois par leur propre situation personnelle et publique et par leur façon de penser."

Si loin, si proche

Coproduit par des Français et des Allemands Les Citronniers est interprétée par des comédiens israéliens, palestiniens, ou palestiniens israéliens. Quant au chef-opérateur, Rainer Klausmann, il est de nationalité suisse, et on le connait pour sa collaboration avec de fameux cinéastes allemands, Fatih Akin (De l'autre côté, Head on) et Oliver Hirschbiegel (L'Expérience, La Chute).

Après la fanfare
La musique des Citronniers est signée, Habib Shehadeh Hanna à qui on doit déjà la bande originale de La Visite de la fanfare, succès inattendu de la fin d'année 2007, une partition qui lui avait valu l'équivalent israélien des César.


Lundi 21 Avril 2008 - 18:14
sur cette page