Connectez-vous S'inscrire

Louis Chedid - on ne dit jamais assez aux gens qu'on aime qu'on les aime

sortie nationale Novembre 2010


Nouvel album "on ne dit jamais assez aux gens qu'on aime qu'on les aime", sortie le 2 novembre 2010



Louis Chedid - on ne dit jamais assez aux gens qu'on aime qu'on les aime
Cet homme là est comme une balise qui scintille dans le paysage de la chanson française. Une sorte de bouée de sauvetage, même, tant ses chansons nous font du bien dans la pollution sonore d'aujourd'hui, comme un baume qui nous réconforterait en nous apportant ses couleurs douces et lumineuses sans cesse réinventées.

D'origine franco-libanaise, Louis Chedid a grandi en Egypte. Rock, rhythm'n'blues, pop, chanson, il a toujours été un amoureux de la musique sous toutes ses formes et il est aujourd'hui un adepte du iPod où il stocke Bobby Lapointe, Boris Vian, les Beatles, Hendrix, Ray Charles, Coldplay et Radiohead ! Depuis ses débuts en 1973 et son premier tube "T'as beau pas être beau" cinq ans plus tard, il a participé à ce courant qui a révolutionné ce qu'on appelait autrefois de façon un peu condescendante la "varièté française" et qui est devenu aujourd'hui un style à part, cette chanson rock made in France, où deux arts complémentaires, celui de l'écriture et de la composition, se mêlent étroitement.

Comme un Laurent Voulzy, il a le sens des notes qui tapent dans le mille et il sait écrire des mélodies inaltérables, celles qu'on n'oublie pas et qu'on se met à siffler dans la rue quand on sent bien et en phase avec la vie. Ce n'est pas un hasard si c'est lui qui a composé "Moi vouloir toi" pour Fran?oise Hardy ou "Banale song" et "On avance" pour Alain Souchon. Il habille souvent ses refrains de parfums latins et tropicaux, un rythme par ci, une syncope de percussion par là. Cette pulsion est à la source de ce fameux "tempo Chedid", expérimenté par tous ceux qui ont travaillé avec lui, et qui colle à son perfectionnisme d'auteur-compositeur toujours en quête du meilleur pour ses chansons. Une sorte d'éthique musicale qui se remet en place pour chaque nouveau disque, dès les premières démos qu'il peaufine au maximum avant de rentrer en studio, comme peuvent le faire aussi un Bashung ou un Daho.

Quant à ses textes, ils sont basés sur des paroles toniques enrobées de pudeur et de beaucoup de tendresse où se glisse un désir des bonheurs simples et quelques coups de gueule, comme "Anne, ma soeur Anne" qui fustigeait l'extrême-droite en 1985. L'art de vivre de Louis Chedid passe par une révolution douce, un amour des individus et une soif de liberté.

Entre sa mère l'écrivain Andrée Chedid et son fils Matthieu alias "M" devenu un héros de sa génération et qui fait réguliérement des apparitions à ses côtés, Louis Chedid est presque malgré lui le point central d'une belle lignée d'artistes. Avec son look de moustachu à la Brassens, voilà un jeune cinquantenaire qui reste perpétuellement à la recherche de l'émotion intacte et qui rêve toujours d'un disque en solo absolu, juste lui avec son micro et sa six cordes... Ponctué par quinze albums et des succès intemporels, son cheminement artistique est constant. Epicurien obsédé par la vie qui est trop courte, fan de lecture et de cinéma, il chante "Chaque jour est une vie" et veut profiter de tous les instants, qu'il soit à Paris, en tournée, ou dans sa maison du Vaucluse. A l'image de sa musique, sa voix tiède et sensuelle, trempée dans le miel d'un éternel idéalisme, flotte au-delà des modes.

None

None

Mercredi 13 Octobre 2010 - 12:13



Nouveau commentaire :

sur cette page