Connectez-vous S'inscrire

MERZHIN - Plus loin vers l'ouest

Sortie 06 Avril 2010


« Plus loin vers l’ouest » offre 48 minutes d’un rock épatant, plus dense que jamais, galvanisé de mélodies épurées et entêtantes, qui privilégient la puissance et l’émotion. Après des années passées au sein d’une major, les Merzhin ont pris une autre dimension en prenant en charge la production de leur nouveau disque. Un idéal compromis entre artisanat et professionnalisme, un supplément d’âme, de créativité et de passion, dans une industrie musicale en plein bouleversement.



MERZHIN - Plus loin vers l'ouest
Un train fumant, des rails luisants et des nuages qui galopent sur les étendues désertiques… Et si l’Eldorado des Merzhin, c’était désormais le grand Ouest ? Après dix ans de tournées, plus de 500 concerts et pas moins de 200 000 albums vendus lors des précédentes livraisons, Merzhin poursuit sa ruée vers l’or et son nouvel opus marque un tournant dans la carrière du groupe.

Les six membres de Merzhin ont élaboré leurs treize nouveaux titres en collaboration avec le réalisateur Matthieu Ballet (Fersen, Alexis HK, Miossec, Bashung…). Un pacte né d’une belle rencontre humaine et d’une passion commune pour un rock français indépendant, indifférent à toute notion de formatage, un rock qui fait la part belle à la mélodie des sons et des mots, tout en gardant ses aspérités et des couleurs brutes.

Pour le groupe finistérien, « Plus loin vers l’ouest » est plus qu’un jalon dans une carrière déjà riche. Après des années passées au sein d’une major, les Merzhin ont pris une autre dimension en prenant en charge la production de leur nouveau disque. Un idéal compromis entre artisanat et professionnalisme, un supplément d’âme, de créativité et de passion, dans une industrie musicale en plein bouleversement.

Depuis « Adrénaline » en 2002, on sentait les guitares rugir sous le capot de la bande à Pierrot. Quatre ans plus tard, dans « Pieds nus sur la braise », les Merzhin appuyaient sur cette corde punk-rock hexagonale, recueillie auprès des Shériffs ou autres icônes de la scène alternative française. Les pieds bien ancrés dans cet héritage, les Merzhin foncent vers de nouveaux horizons.

« Plus loin vers l’ouest » offre 48 minutes d’un rock épatant, plus dense que jamais, galvanisé de mélodies épurées et entêtantes, qui privilégient la puissance et l’émotion. Le rock punky de « Sweet guerilla », « Duel » ou « Cobaye » frappe tel un uppercut. « Cavaliero », aux sonorités hypnotiques, prend des couleurs orientales.

La nouveauté dans le répertoire de Merzhin, ce sont ces ballades aux allures de pépites folk-rock, mises en valeur par une voix rauque et douce qui fait merveille dans « Le serment », « Le pacte du diable ». Dans « Train de nuit » ou « Plus loin vers l’ouest », nappées de guitares chaudes et vintages, Merzhin convoque les cavalcades désertiques de Calexico. Derrière une solide base guitare-basse-batterie, les arrangements privilégient désormais les cuivres et les instruments à vent, en particulier le sax et la clarinette, au bénéfice d’un rock plus charnel.

« Plus loin vers l’ouest », pour Merzhin, c’est une façon de dépasser les frontières musicales d’un rock français parfois trop hexagonal. C’est un album de rock métissé. Du rock à la croisée des courants qui place désormais Merzhin dans le peloton de tête des formations rock les plus marquantes du pays.

Comme le savent ces milliers d’aficionados qui l’ont expérimenté cette dernière décennie, Merzhin, c’est avant tout une expérience scénique explosive ! A partir de mars 2010, place donc dans le convoi Merzhin en partance pour une tournée nationale.

« Plus loin vers l’ouest », et en première classe s’il vous plaît.

Vendredi 12 Mars 2010 - 21:45



Nouveau commentaire :

sur cette page