Connectez-vous S'inscrire

Margaux Simone - Nana


A à peine 20 ans cette jeune artiste auteur, compositeur,interprète originaire de Martigues a réunit 900 producteurs en 5 mois sur le site mmc pour financer son 1er album "nana"dont la sortie est prévue fin 2010.



L'histoire de Margaux Simone, c'est celle d'un mariage parfait (oui, ça existe !) entre ses deux penchants pour la pop anglo-saxonne, et les chansons françaises à l'écriture soignée. Entre Sheryl Crow et Zazie, entre Alanis Morrissette et La Grande Sophie, sa guitare n'en finit pas de balancer. Là-bas, elle aime l'éne(...)rgie, le son. Ici, elle aime les mots, l'émotion.

"En Français, on parle au coeur, on doit vraiment assumer ce que l'on chante, en toute sincérité, parce que le public comprend tout et tout de suite. "

Oui, il comprend et il réagit. Par exemple sur la chanson "Nana", un bel hymne à la libération de la femme - encore un combat dans beaucoup de vies, y compris en France. " Cette chanson interpelle beaucoup les gens, manifestement, puisqu'il y a tellement de commentaires ! "

Quand Margaux scande ses couplets, le phrasé est un peu rap sur les bords. Ce n'est pas un hasard : elle a grandi sur la planète Marseille, où son père travaillait pour le groupe IAM. D'où la présence d'Akhénaton, venu en ami et en voisin sur "Les saisons". Logique.

Logique aussi, cette maturité d'une fille qui a grandi dans un studio d'enregistrement, en préférant la compagnie des adultes, des artistes, des gens bohêmes. Une de ses chansons s'appelle "Baba", le serait-elle pour de vrai ?

" Il y a un petit côté soixante-huitard à la maison. Les idéaux, les discussions... On essaie d'être écolo, même si on reste quand même prisonniers d'un certain système économique. "

Des années 70, elle aime aussi le look, les fripes qu'elle chine dans des petites boutiques d'occasion, pour le plaisir de porter des choses qu'on ne voit pas partout. Et puis Springsteen, Neil Young, Dylan... toute une panoplie d'artistes qu'elle a connus par ses parents.

" J'ai été aux Vieilles Charrues avec mon petit sac-à-dos pour voir Springsteen. Extraordinaire ! "
A la fin de l'adolescence, sa mère part travailler aux îles Vanuatu pendant un an. Margaux la suit, s'ouvre à de nouvelles rencontres, et profite du calme ambiant pour se mettre vraiment à la guitare.

Quand elle rentre de l'autre bout du monde, son père est épaté par ses progrès. Premières maquettes. Fac d'anglais. Histoires d'amour... Margaux mûrit vite, et ça s'entend - dans sa voix comme dans ses mots. Malgré son jeune âge (20 ans), on sent qu'elle a déjà beaucoup réfléchi et rêvé, qu'elle a aimé Klapisch, Almodovar, et les road movies américains (cf. la très cinématographique chanson "Road Trip"). Même quand elle parle de sentiments, ce n'est jamais niaiseux. " Je me fais souvent quitter, dans mes chansons !

"Les conneries", par exemple, c'est sur la phase douloureuse du détachement après une rupture. "
Une relation qui s'annonce plus durable, heureuse et fructueuse, c'est celle de Margaux avec la musique - et avec son public.

A commencer, bien sûr, par les 900 producteurs qui la soutiennent à travers la plateforme de MyMajorCompany. " Je suis bien sûr infiniment touchée par leur soutien. J'écoute leurs différents avis, ainsi que ceux des "pros", et je fais ma petite synthèse personnelle. Si j'ai 900 personnes unanimes contre moi, bon... à moi de savoir écouter ! "

"En attendant, c'est nous qui écouterons miss Simone. Et sans doute pour longtemps.

Lundi 11 Octobre 2010 - 16:29



Nouveau commentaire :

sur cette page