Connectez-vous S'inscrire

Mayrina Chebel - Tant d’amour à donner

Sortie de l’album le 24 Novembre prochain




Mayrina Chebel -  Tant d’amour à donner
On sait que les gens heureux n’ont pas d’histoires, alors pourquoi les grandes chanteuses seraient-elles forcément des personnages sortis d’une tragédie antique ? Mayrina Chebel, nouvelle voix de la soul à la Française, n’a pas le CV d’une "galérienne". Cette jeune fille de 25 ans venue de Lyon s’est prise de passion pour le chant grâce à Lauryn Hill, qui l’a impressionnée dans la comédie Sister Act II. Mais ce n’est qu’à 15 ans qu’elle prend pleinement conscience de son potentiel vocal. Un casting pour une émission télé la convainc de persévérer : elle n’est pas prise car on lui fait remarquer qu’elle a déjà une voix et qu’en plus, elle n’est pas formatable. Un véritable encouragement déguisé !

Mayrina part s’installer à Paris en 2006 pour vivre sa passion et devenir pro. Le rêve de beaucoup d’apprenties chanteuses, sauf que Mayrina se donne les moyens de réussir. « J’avais 24ans », raconte-t-elle. « J’ai trouvé un appart’ et un petit job dans un cabinet d’avocats. Deux mois après que je me sois installé, j’ai rencontré mon producteur par le biais d’une amie. Pendant un dîner, il m’a demandé de lui chanter quelque chose, et il a apprécié ma voix. Il m’a rappelé en me disant qu’il voulait me produire. On a tout de suite commencé à travailler, on a vu des producteurs qui m’ont fait des sons et on a passé un an à faire des maquettes ». Parmi les premiers approchés, les Marseillais d’IAM. Mayrina va à la Cosca, dans ce studio où Shurik’n, Akhenaton et les autres passent leurs nuits. Mayrina : « On avait la pression et on leur fait écouter trois maquettes. Ils ont tout de suite été partants pour faire un morceau. Shurik’n m’a dit qu’il allait écrire, Akhenaton qu’il allait faire un instru.

Les semaines ont passé, ils nous font deux, trois, quatre prods, et finalement la moitié de l’album est réalisée par Akhenaton avec plusieurs textes de Shurik’n. On est partis deux mois et demi à Marseille pour tout enregistrer avec eux. AKH m’a écrit deux textes. » La direction musicale est claire : on est loin du r&b formaté interprété par les divettes du ghetto qui déballent leur passé blessé plutôt que leur organe. Avec Mayrina, l’important c’est la voix. Et son style est clairement soul. « En fait mon album est Pop Soul », corrige-t-elle. « Tous les morceaux travaillés avec IAM sont soul dans tout ce qui est placement rythmique parce que Shurik’n m’a coaché en studio et il a ce goût pour les voix amples. Les cinq textes que j’ai travaillé de mon côté sont plus pop dans les mélodies ».

Mayrina Chebel veut plusieurs touches, plusieurs styles, et sait écouter les (bons) conseils. Elle se surpasse vocalement, allant jusqu’à refaire les prises de voix d’une chanson comme J’y survivrai pendant toute une journée. Julien Vichnievsky aka Vishnu, compositeur de Mayrina, travaille sur les musiques en parallèle avec le gang des Marseillais, jouant guitare et basse aux côtés d’un groupe de musiciens choisis par Akhenaton pour donner de l’âme aux morceaux et remplacer les machines utilisées pour les premières maquettes. Le disque commence à prendre forme durant l’été 2007. « Akhenaton avait plein de musiciens qu’il connaissait pour avoir bossé avec eux, et ça faisait plaisir de les voir impliqués comme ça sur mon album, moi qui avais adoré la B.O de Comme un aimant ». Pour qui serait tenté de voir en cet premier album un disque de r&b à la mode aux centres d’intérêt anecdotiques, Flora, une des chansons fortes du disque, marque la rupture : « Je me présente, je m’appelle Flora, née en 27 en Alabama » : ainsi démarre le récit de cette histoire noire cinglante comme le fouet des esclavagistes… « L’instru de Hal, du groupe Chiens De Paille, m’a tout de suite inspiré.

Certains trouveront peut-être choquante une phrase comme “il faut naître blanc pour vivre dans ce pays, mais c’était la réalité à cette époque-là, et peut-être que ça n’a pas tant changé que ça… C’était un sujet important pour moi ». Métro raconte un voyage underground passé à décrypter les visages qui défilent dans le sous-sol parisien, Ça groove évoque la passion de Mayrina, qui préfère que « ça groove grave » plutôt que de « traîner dans le carré VIP » tandis que M’envoler, écrit par AKH, est d’une intensité réellement impressionnante…

Mayrina voit son premier album comme un voyage dont sa voix serait le fil conducteur, d’où son titre, Ailleurs. Alors après avoir été à Marseille, c’est à Las Vegas que Mayrina a poursuivi son voyage artistique. Le single Tant d’amour à donner a été réalisé par Carlos Mc Kinney / Los Da maestro qui a réalisé de nombreux tubes dont ceux de The Dream, Usher, Boys 2 Men, Whitney Houston et qui travaille actuellement pour Rihanna et Britney Spears, excusez du peu !

Carlos réalise Tout est écrit, un morceau inattendu car il n’était pas du tout prévu avant d’entrer en studio. Pour Mayrina la pression est montée d’un coup : « J’avais à peine une nuit pour écrire le texte». Il s’attelle ensuite à la réalisation de Nouveau Départ et de Je vous pardonne (la version solo de Mayrina), deux petites bombes que l’on pourrait très bien imaginer dans la bouche de stars américaines!

Les quelques invités sont triés sur le volet : Akhenaton pour Le marché du malheur, superbe chanson sur ceux qui vendent leur intimité et « font de la tristesse un concours », mais aussi Disiz La Peste sur Je vous pardonne, le chanteur Moïse sur Paradize et Sako le MC de Chiens De Paille sur Dans les yeux des hommes. Autant d’épices autour de l’ingrédient essentiel : la voix chaude et sensuelle de Mayrina Chebel, chanteuse pop soul sans concessions ni démagogie.

Mélange idéal entre l’émotion et le groove, Ailleurs n’est pas juste un nouvel album : c’est le Nouveau départ d’une jeune chanteuse passée de l’ombre à la lumière et promise à un grand avenir. Ailleurs de Mayrina Chebel ? De la soul frenchy sans misérabilisme mais avec de la voix. Et du talent à revendre.

Vendredi 31 Octobre 2008 - 00:15



Nouveau commentaire :

sur cette page