Connectez-vous S'inscrire

Mélanie Laurent - En t’attendant




Mélanie Laurent - En t’attendant
Mélanie Laurent est chanteuse, et c’est une évidence. Une évidence qui apparaît au grand jour pour tous ceux qui découvrent son premier album, En t’attendant. Ce disque, Mélanie en a rêvé la moitié de sa vie. « Je voulais être chanteuse quand j’avais 14 ans » avoue-t-elle. « Cela remonte aux premiers campings sauvages, en Bretagne, lorsqu’on reprenait des chansons au coin du feu. » C’est dans la même spontanéité, et un élan qui contredit toute forme de calcul, qu’elle a confectionné les douze chansons qui constituent l’ossature et la chair de cette nouvelle expérience artistique.

Mélanie Laurent s’est mise dans la peau d’une débutante afin d’aborder cette aventure, en mars 2009. À ce moment-là, elle décide d’enfin franchir le pas, et de donner des musiques aux textes qu’elle a rédigés au cours des dix dernières années. Un producteur de ses amis organise des séances de travail dans le village de Woodstock, là où, 40 ans plus tôt, avait eu lieu le plus grand feu de camp du monde. De quoi mettre la jeune femme à l’aise, a priori. Ce ne fut pourtant pas le
cas. « J’avais un mois pour faire un album dans cet endroit magnifique avec des gens super que je ne connaissais pas. Je me suis sentie très perdue » explique-t-elle.

L’habituée des contraintes horaires d’un plateau de cinéma a pour une fois envie de prendre son temps. Elle rêve à autre chose, en l’occurrence un duo avec Damien Rice, « la seule personne au monde avec laquelle j’avais envie de travailler » confiet-elle. Contacté à Boston un lundi, le chanteur est présent sur les lieux le soir même. « Je tremblais comme une groupie, il m’a mise très à l’aise. »

Un premier titre est composé dans la nuit. La fabrication de l’album prend alors une belle tournure. Au bout de quelques jours, le musicien lui propose même de poursuivre le travail chez lui, en Irlande, en tête à tête.



Mélanie Laurent délaisse alors le plan de route initial pour s’embarquer dans une croisière au long cours, qui durera près de deux ans. Elle choisit d’adopter un rythme plus souple, au gré de ses disponibilités et de celles de Damien Rice. « De pays en pays, quand il y avait du temps, dit-elle.

Damien m’a appris à être libre. Entre deux tournages, je l’appelais en lui demandant si je pouvais le rejoindre pour travailler. » Superbe songwriter, auteur de deux albums remarquables en 2002 et 2006, il n’obéit qu’à son propre tempo. Afin d’assurer l’aboutissement du disque, il mettra Mélanie en relation avec le plus pragmatique Joel Shearer, compositeur des titres les plus pop de l’album.

Lui-même artiste et multi instrumentiste, Joel Shearer accueillera Mélanie dans sa ville, Los Angeles, et mettra la touche finale au disque.

Jamais pourtant le disque ne souffre de quelque manque de cohérence, unifié par l’écriture et la voix singulières de Mélanie Laurent, véritables révélations de l’album. En t’attendant raconte une histoire qui n’appartient qu’à elle, une histoire où l’on parle beaucoup d’amour : gentiment désabusé (‘En t’attendant’, ‘Papa’), fait de regrets (‘Insomnie’, ‘Uncomfortable’) et de remords (‘Pardon’), de séparations (‘Il fait gris’), et de bonheurs dont il faut savoir profiter (‘Circus’, ‘Je connais’).

Dans son agencement, il offre tour à tour des climats denses et touffus comme d’éclatantes pop-songs. Difficile d’établir une parenté à ce disque, qui contient le meilleur de deux mondes, conciliant chanson française – avec des accents que ne renierait pas Marie Laforêt – et souffle lyrique façon Arcade Fire. Mélanie Laurent tenait farouchement à la présence d’un violon, qui fait le trait d’union entre les différentes atmosphères. « Je sortais de l’expérience du film Le Concert, où j’avais tenu le rôle d’une violoniste » se souvient-elle. Un Steinway de concert au domicile de Damien Rice l’encourage à se remettre au piano, qu’elle avait étudié enfant. « Je n’en avais jamais rejoué. La présence de ce piano face à la mer m’a inspirée, j’y passais des heures. » ‘Début’ et ‘Fin’, compositions aux allures de génériques, signées Mélanie Laurent, sont le fruit de ces retrouvailles. « Je sortais d’un tourbillon hollywoodien pour un truc très calme, très posé. Damien et moi nous sommes apportés énormément lors de l’assemblage de cet album. » ‘Il fait gris’ sera écrite à la toute fin d’une de ces séances, au débotté, alors que Mélanie était sur le point de reprendre un avion. « Les paroles sont une description de ce qu’on était en train de vivre à ce moment-là. Un truc pas prévu, simple, naïf. » Les voix seront enregistrées à Paris, au domicile de l’artiste, converti momentanément en home studio.

Désormais, Mélanie Laurent entend prolonger le plaisir ressenti au cours des deux dernières années en allant défendre ses chansons sur les scènes. « Ce disque, je l’ai écrit, co-composé et produit, je vais l’assumer jusqu’au bout » affirme-t-elle. Il m’a déjà permis de vivre des histoires incroyables, que j’ai envie de partager. »

Premier album “en t’attendant” sortie physique le 2 mai - sortie digitale le 25 avril.

En concert le 24 avril au Printemps de Bourges, le 14 mai aux Nuits Botaniques (Bruxelles), le 15 juin à La Cigale (Paris) et le 15 juillet aux Francofolies (La Rochelle).

Lundi 14 Mars 2011 - 19:42



Nouveau commentaire :

sur cette page