Connectez-vous S'inscrire

Monteverdi: Teatro d'amore - Christina Pluhar




Plus de trois siècles après sa mort, Claudio Monteverdi demeure l’alpha et l’omega de la musique vocale, père non seulement de l’opéra moderne avec L’Orfeo (1607) mais aussi de la musique sacrée occidentale avec son Vespro della Beata Vergine (1610). Pour notre XXIe siècle pourtant blasé, la musique du « divin Claudio » a conservé toute sa force expressive, grâce à la modernité stupéfiante de son langage (écoutez la basse quasi-jazzy de Ohimè chio cado) et, surtout, grâce à cet équilibre miraculeux entre science et émotion à fleur de peau.

Toute sa vie, Monteverdi se battit pour n’écrire qu’une musique touchant l’âme et le coeur, refusant obstinément les sujets ne se rattachant pas à la nature humaine et à ses mouvements intérieurs. Christina Pluhar a puisé dans les plus grandes partitions du maître pour restituer ce Teatro d’amore dans lequel Monteverdi parcourt toute la carte du sentiment amoureux, y ajoutant des pages instrumentales prouvant, s’il en était besoin, que Monteverdi était aussi le plus grand compositeur de musique « pure » de son temps.

A l’écoute de la beauté mélodique miraculeuse de Si dolce è’l tormento, de la souffrance haletante du Lamento della Ninfa, de la tendresse ineffable de la Berceuse d’Arnalta (L’Incoronazione di Poppea) ou des galbes amoureux voluptueux du Duo final de cette même Poppea, sans compter la magie verbale des grands madrigaux à plusieurs voix (Hor ch’el ciel e la terra et Vago augeletto), on se surprend à dire qu’aucun compositeur n’a surpassé Monteverdi dans l’exploration de la nature humaine.

Il faut dire qu’avec les instrumentistes virtuoses de L’Arpeggiata et des voix exceptionnelles (Nuria Rial et Philippe Jaroussky semblent être nés pour chanter ensemble !), Christina Pluhar dispose des moyens indispensables à la restitution de cette musique incomparable, avec cette amour de la beauté sonore et cette liberté musicale qui sont la marque immédiatement reconnaissable de L’Arpeggiata.

Lundi 19 Janvier 2009 - 20:36



Nouveau commentaire :

sur cette page