Connectez-vous S'inscrire

Mort de Michael Jackson : ce qu'a vu le garde du corps


Un ancien garde du corps du chanteur a déclaré jeudi, au troisième jour du procès de Conrad Murray, que le médecin personnel du "roi de la pop" lui avait demandé de cacher des flacons de médicaments avant l'arrivée des secours.



Mort de Michael Jackson : ce qu'a vu le garde du corps
C'est un témoignage accablant pour le docteur Murray qui a été entendu au troisième jour du procès du médecin accusé d'avoir provoqué la mort de Michael Jackson. Celui du "troisième homme" de la garde rapprochée de la star. D'après les médecins-légistes, le chanteur aurait succombé à une surdose d'un très puissant anesthésiant, le propofol, ainsi que d'un cocktail de calmants. Les défenseurs du Dr Murray, qui plaide non coupable et risque quatre ans de prison, ont affirmé que Michael Jackson avait lui-même provoqué sa mort en prenant inconsidérément des médicaments sans en référer à qui que ce soit. Mais cette défense semble battue en brèche par ce que raconte l'agent de sécurité Alberto Alvarez. Il a affirmé à l'audience que le médecin personnel du "roi de la pop" lui avait demandé de cacher des flacons de médicaments avant l'arrivée des secours.

Alberto Alvarez est l'un des tout premiers, outre le Dr Murray lui-même, à avoir vu le corps inanimé de Michael Jackson. Il a raconté devant le tribunal avoir été appelé par l'assistant personnel du chanteur, Michael Amir Williams, qui lui avait demandé de se rendre au plus vite au premier étage du domicile de la star, où l'attendait le docteur Conrad Murray. En entrant dans la chambre, il a découvert Michael Jackson allongé sur le lit, "les bras écartés, les paumes vers le ciel, les yeux et la bouche ouverts". Conrad Murray exerçait des pressions sur son torse, d'une main. Selon lui, le praticien s'est par la suite emparé de flacons posés sur la table de nuit. "Alors que j'étais au pied du lit, Conrad Murray a pris un lot de flacons et m'a dit : Mettez ça dans un sac", a-t-il déclaré. "J'ai regardé sur ma droite, et il y avait un sac. Je l'ai pris, l'ai ouvert et Conrad Murray y a mis les flacons".

"Une substance blanche et laiteuse"

Juste après, le médecin a désigné une poche qui pendait à un support de perfusion en intraveineuse, situé près du lit. "Il m'a dit : Mettez-le dans le sac bleu", a précisé Alberto Alvarez, ajoutant que la poche contenait un petit flacon et "une substance blanche et laiteuse". Le procureur David Walgren a identifié devant le tribunal ce flacon comme étant du propofol, le puissant anesthésiant que Michael Jackson utilisait comme somnifère et qui a provoqué sa mort. Et c'est seulement après avoir dissimulé ces produits que le garde du corps a appelé les urgences, à la demande de Conrad Murray.

Alberto Alvarez, qui est apparu plusieurs fois très ému pendant son témoignage, a également confirmé que les enfants aînés de la star, Paris et Prince, avaient vu leur père pendant ces minutes critiques. "Quand je suis entré dans la chambre, Conrad Murray m'a dit : Il faut emmener (Michael Jackson) à l'hôpital, il faut une ambulance", a-t-il dit. "Après, j'ai cherché mon téléphone et j'ai vu que Prince et Paris étaient derrière moi. Paris a crié : Papa !".

"Les enfants, ne vous inquiétez pas"

"Pleurait-elle ?", a demandé le procureur. "Oui", a répondu Alberto Alvarez. "Le docteur Murray m'a dit : Ne les laissez pas voir leur père comme ça ! Je les ai fait sortir et leur ai dit : Les enfants, ne vous inquiétez pas, on va s'occuper de tout, ça va aller", a-t-il déclaré. C'est à son retour dans la chambre que le docteur Murray lui aurait demandé de mettre le propofol dans des sacs.

Dans son contre-interrogatoire, l'avocat de la défense, Ed Chernoff, a mis en doute le déroulé des événements rapportés par Alberto Alvarez. Selon lui, le temps était trop court entre le moment où le garde du corps est entré dans la chambre et celui où il a appelé les secours, pour réconforter et faire sortir les enfants, puis récupérer le propofol. Le témoignage du garde du corps suscite également des interrogations sur les compétences du docteur Murray, un cardiologue qui semblait effectuer un massage cardiaque d'une main sur un lit, en dépit des règles de bases de la procédure - à deux mains et sur une surface dure - et qui effectuait devant Alberto Alvarez son premier bouche-à-bouche. "Je me souviens qu'après quelques expirations, il s'est redressé et a dit : C'est la première fois que je fais du bouche à bouche, mais je dois le faire, (Michael Jackson) est mon ami", a affirmé Alberto Alvarez.

Vendredi 30 Septembre 2011 - 14:49



Nouveau commentaire :

sur cette page