Connectez-vous S'inscrire

My Little Cheap Dictaphone - The Tragic Tale of a Genius




Comme la plupart des artistes ouvrant au sein du collectif liégeois JauneOrange, Redboy (Hollywood Porn Stars, My Little Cheap Dictaphone) est un passionné de musique et un bosseur.

Ce projet de concept album, il nous en parlait déjà en 2007. Depuis, il y a pensé tous les jours et toutes les nuits. Il a travaillé dans l'ombre, a écrit, corrigé, raturé sans jamais écouter les appels à la raison ("Une fresque rock en 2010, t'es dingue ou quoi?"). Plus anecdotique mais pourtant révélateur de sa détermination, Redboy a dû casser sa tirelire et a même revendu des objets personnels pour aller au bout de son rêve.

Redboy a eu raison. Mille fois raison. "The Tragic Tale Of Genius" est une création éblouissante qui englobe plusieurs disciplines (musique, cinéma, vidéo, théâtre, photographie, littérature). Mais c'est avant tout un des disques les plus excitants, que nous avons découvert en 2010. Même si elles tiennent ensemble, les chansons évoluent dans un univers qui leur est propre. On pense aux soundtracks d'Ennio Morricone, au rock baroque d'Arcade Fire, à la pop symphonique des Beach Boys et au chaos organisé cher à Nick Cave And The Bad Seeds.

De l'opéra rock, ce projet ne garde que la structure. Entre une Ouverture et un final où le héros se retrouve face à lui-même (Face To Face),les chansons racontent une seule et même histoire. "Ce n'est ni "Tommy" ou "The Wall", plutôt un conte moderne, explique Redboy. "The Tales Of Genius" trace la trajectoire d'un génie maudit. Avant d'écrire les chansons, j'ai lu les biographies de Brian Wilson des Beach Boys, de Johnny Cash et de Tom Waits. Ce qui m'a frappé, c'est le nombre de points communs qu'on peut retrouver dans leur parcours. Une enfance difficile, la reconnaissance critique, le sentiment d'aliénation et l'isolement dans un monde dont ils sont les seuls à posséder les clefs. Pour élargir le propos, on s'est enfermé dans un chalet de Vielsalm avec le groupe. On se passait des films de David Lynch, de Lars von Trier ou d'Hitchcock et on jouait en improvisant."

Enregistré en Belgique, à Amsterdam et à Dallas, l'album accueille des chanteurs internationaux (des groupes Mercury Rev, Alamo Race Track, Black Heart Procession et 3 Mile Pilot) et sera appuyé sur scène par un visuel inspiré de la fantasmagorie fifties des métropoles américaines. "L'idée est de présenter un spectacle total. Sur certaines dates (les Nuits Botanique, aux Casernes Fonck à Liège), nous serons entourés d'un orchestre classique. Mais on a aussi envie de faire les festivals en formule groupe et des salles plus intimes. Pendant plus de deux ans, nous avons porté ce projet en nous. Et nous avons étudié toutes les formules pour pouvoir le présenter là où on nous en offre l'opportunité."

Lundi 29 Novembre 2010 - 18:40



Nouveau commentaire :

sur cette page