Connectez-vous S'inscrire

NESTORISBIANCA - Genetics

Sortie le 28/03/2011




La pratique musicale fonctionne souvent en parcours fléché pour les 4-6 ans : un groupe d’amis répètent dans un garage, se font les dents dans les bars, signent sur un label vorace, se battent en backstage, this is the end my friend. Parfois, derrière ce brouillon de notes, surnagent des hommes et des femmes qui ont la sagesse d’attendre que le processus de la vie nourrisse leur musique. Les NestorIsBianca, eux, ont grandi patiemment. Des choix audacieux (en termes de durée d’enregistrement, de multiplicité d’esthétiques défendues, de collaboration avec Olivier Mellano, de sortie d’un album de remixes après un seul opus…), des erreurs de débutants, des concerts fracassants avec leur mélange atypique d’electronica, de post-rock et de pop, des grands festivals, des shows sur des scènes naturelles à côté des vaches, la participation à la création du label Montauk et toujours la même obsession : avoir foi dans les rencontres, hisser l’amitié en haut du processus créatif.

Lionel Laquerrière, leader du projet, opère une création sous la forme d’un ciné-concert sur Vampyr via son projet solo electro Iologic. Ses sons ambiants préfigurent les nouvelles compositions. Pour autant il se remémore les erreurs du passé : le troisième album sera façonné par une cohésion. Pour cela il trouve son homme providentiel en la personne de Thomas Poli, guitariste bricoleur des Montgomery, ingénieur du son sur l’album live de Dominique A. Il dépasse son rôle de régleur de fréquences au studio Cocoon de Rennes durant deux semaines pour véritablement faire corps avec le projet.

Cette fresque assourdissante par son chuchotement de maux s‘établira en deux temps. Une version vinyle qui est sortie sur Montauk en décembre 2010, en attendant la version CD dont la mise en bacs est prévue au 28 Mars 2010 chez Ici D'ailleurs.

Cet album de 10 titres s’ouvre sur le passé pour remonter progressivement vers le présent, puis vers la fatalité. On ne comprend rien à la vie, on ne peut la deviner, alors à quoi bon essayer de la combattre. Il faut l’embrasser et ne jamais oublier que nos moments de bonheur sont précieux. "Genetics" nous livre en sample d’ouverture la clef de la dualité de ce disque : «no man is fit to inflict punishment until he has banished hate from his heart».

De trio, ils deviennent quintette avec l'arrivée de Pierre Lambla, saxophoniste brillant par sa folie généreuse et de Thomas Poli pour la tournée 2011 (Stéphane Bouvier quant à lui remplace Marie-Céline Leguy pour cause de congé maternité réglementaire). Loin d’un ajout de fin de parcours, ces choix sont guidés par la clarté de leur volonté : ne pas trahir leur fierté. Fierté d’avoir livré un grand disque, robuste et généreux qui ne pouvait se contenter d’un rendu scénique nourri à l’à-peu-près. Se penchant clairement vers l’organique, les Nestor souhaitent se débarrasser du trop plein de machines, pour offrir de la chaleur. Il n’est pas aisé de rencontrer au cours d’une vie des personnes aussi authentiques que les membres de ce groupe, mais au moins vous pourrez en avoir une marque dans votre discothèque et vous en rendre compte sur scène sur toute la tournée française de Yann Tiersen en avril 2011.

Jocelyn Borde (Figures Libres).

EN TOURNEE (1ère partie de Yann Tiersen) :

06.04 : l'Astrolabe, ORLEANS
07.04 : La Nef, ANGOULEME
08.04 : Salle Monfavet, AVIGNON
09.04 : Théâtre Lino Ventura, NICE
10.04 : Rockstore, MONTPELLIER
12.04 : Le Bikini, TOULOUSE
13.04 : Le Rocher de Palmer, BORDEAUX
14.04 : L'Olympic, NANTES
15.04 : Le 106, ROUEN
16.04 : Salle Jean Carmet, ALLONES
18.04 : L'International, PARIS
19.04 : L'Epicerie Moderne, LYON
20.04 : La Vapeur, DIJON
21.04 : La Cité, RENNES
22.04 : La Carene, BREST

Jeudi 24 Février 2011 - 18:21



Nouveau commentaire :

sur cette page