Connectez-vous S'inscrire

New York - Lorient en catamaran non habitable et sans assistance


Deux Lorientais traversent l'Atlantique Nord sur Octo Finances, un dériveur léger de 6,10 m. Arrivée prévue à la Cité de la Voile Eric Tabarly en fin de semaine.



New York - Lorient en catamaran non habitable et sans assistance
Un exploit : le plus petit voilier non habitable à effectuer ce parcours qui plus est, sans assistance. Un petit budget (50 000 €), un voilier de 500 kg construit des propres mains des skippers, un confort spartiate, de la nourriture pour 17 jours, c’est à bord du catamaran Octo Finances de 20 pieds, que depuis le 24 août, les deux Lorientais Pierre-Yves Moreau et Benoît Lequin affrontent les éléments dont l’humidité. Audacieux, ils abordent ce défi aventure avec une extrême sagesse et une approche sécuritaire.

Près de 15 jours de navigation d’Ouest en Est de New York à Lorient sur un dériveur léger sans habitacle, Pierre-Yves Moreau et Benoît Lequin s’apprêtent à gagner leur port d’attache. A 200 milles des pontons de la Cité de la Voile Eric Tabarly, les deux aventuriers vont signer une nouvelle page de l’histoire du sport aventure.

Un bateau taillé pour l’aventure
« Ce n’est pas le bateau de Monsieur Tout-le-monde ». Lors de leur précédent exploit (Dakar-Pointe à Pitre), Pierre-Yves et Benoît, n’ayant pas trouvé sur le marché de voilier léger pour traverser l’Atlantique, fabriquent eux-mêmes leur prototype de 6.10 mètres. Flotteurs volumineux, bancs surélevés pour se protéger des embruns, ils passent près de 1000 heures à fabriquer ce cata très spécial. Pour cette traversée, ils ont encore amélioré le prototype développant un taquet électronique pour réguler automatiquement la tension de la grand-voile et éviter les nombreux chavirages subis lors de la traversée Dakar- Pointe à Pitre.

Un confort spartiate
Parcourir l’océan Atlantique sur un catamaran léger de 20 pieds sans habitacle, un vrai défi ! « Tout devient compliqué sans cabine, l'humidité est continuellement présente. Notre espace vital se résume à un réchaud et une mini-tente », précisent les deux aventuriers.

La traversée plus au Nord, Pierre-Yves et Benoît ont cette fois prévu une tente isotherme sur le banc pour celui qui dort et un siège de bar équipé d’un sac de couchage, lui aussi isotherme, pour protéger le barreur jusqu’aux épaules. Outre le froid, l’humidité est le pire ennemi des aventuriers : avec la vitesse, ils sont exposés en permanence aux embruns. Et même si gants, cagoules, combinaisons, et sous vêtements sont étanches, gerçures liées aux frottements et à l’eau de mer deviennent rapidement problématiques, malgré les crèmes et les toilettes à l’aide de lingettes.

De la nourriture pour 17 jours
Confort supplémentaire de cette traversée, le réchaud qui permet à Benoît et Pierre-Yves de boire et manger chaud… leurs sachets lyophilisés. Cependant, partis avec 17 jours de provisions, les deux skippers inquiets des réserves, ne font plus que 2 repas quotidiens depuis la mi-parcours pour économiser la nourriture.

Dernière ligne droite, cette semaine
Avec un front et le vent qui basculera au nord-ouest puis au nord et au nord-est, il reste encore 200 milles à parcourir avec des conditions de vent à 30 nœuds dans une mer croisée : la navigation de ces derniers jours sera difficile, il est important de rester concentré avant l’arrivée envisagée vendredi ou samedi sur les pontons de la Cité de la Voile Eric Tabarly.

Un équipage habitué aux records
Tous deux Lorientais, Pierre-Yves Moreau et Benoît Lequin se connaissent depuis l’âge de 17 ans, époque à laquelle ils usent ensemble leurs cirés sur les bateaux du Centre Nautique des Glénans. Le 9 décembre 2007, 11 jours 11 heures 42 minutes et 25 secondes après leur départ de Dakar, ils franchissent la ligne d’arrivée en Guadeloupe, épuisés, mais avec en poche le record mondial en voilier non habitable. Ces deux gaillards au mental d’acier soulignent la richesse en termes d’expérience technique et humaine de ce type de projet. A noter qu’il s’agit cette année du second départ de New-York pour Pierre-Yves Moreau, alias « PYM » qui a déjà battu avec Pascal Bidégorry il y a un mois le record de la traversée de l'Atlantique Nord en 3j 15h 25min et 48s sur un bateau 6 fois et demi plus grand, le Banque Populaire V, plus grand trimaran du monde.

Un challenge qui suscite l’admiration
300 fans sur Facebook, 18 000 connexions enregistrées sur le site Internet et une forte affluence lors des vacations, les deux skippers ne manquent pas de supporters, à commencer par Cap l’Orient agglomération, la Cité de la Voile Eric Tabarly, AOS, les entreprises du nautisme de l’agglomération lorientaise (Tout Nautisme, Blewstoub, Bossé Colors, Coriolis Composites, Docks et Entrepôts Maritimes de Kéroman, Metalunox SAS, Nautix, NKE Electronics, Ocean Data System, Sierra Echo, Sail Light) et les skippers du pôle course au large de Lorient qui, soufflés par la performance, soulignent le culot de ces fous du vent.

Mercredi 9 Septembre 2009 - 20:26



Nouveau commentaire :

sur cette page