Connectez-vous S'inscrire

Nouvel album de Relic - Loin des apparences

Sortie le 23 octobre 2006




1996-2006. Voilà déjà 10 piges que ReliC agite le petit monde de plus en plus rabougri du rap français. Et quoi de mieux qu'un deuxième album coup-de-poing pour célébrer l'activisme et la longévité du quatuor qui fait rayonner Argenteuil sur la carte du hip-hop hexagonal ? N'en déplaise aux langues fielleuses, l'expérience major n'a pas écorné d'un millimètre la passion qu'éprouvent Antar, Chodo, Manscaro et DJ Soft pour la rime incisive, le flow magnétique et les beats percutants. "Loin des apparences" est un démenti définitif à tous les aigris qui ont voulu enfermer ReliC dans la facette plus légère qui fut certes surmédiatisée grâce au succès des singles "Just Married" et "Banana Style" mais qui ne représentait pas, loin de là, toute la densité et la diversité qui caractérise la discographie de ReliC depuis son premier maxi.

On ne peut pas dire que Antar, Chodo, Manscaro et DJ Soft soient sortis intacts des polémiques qu'ont alimentées certains médias qui, quand ils n'ont pas fait faillite depuis, sont pourtant au hip-hop ce que Lada est à la Formule 1. Bien au contraire, les quatre potes du 95 sont ressortis encore plus forts de ces quelques caricatures stériles qui occultaient de grands morceaux comme "Pour Nos Gars", "Nos Rêves", ou "Sans Limite". Car si comme les Dilated Peoples avec "This Way", ils ont été victimes de choix de singles qui ont dérouté leurs fans de la première heure et donné une image biaisée à ceux qui les découvraient, on ne les y reprendra pas de sitôt. L'euphorie qui traversait "Légendes Urbaines" fait place à la mise au point hardcore de "Loin Des Apparences", imparable retour de bâton pour tous les détracteurs d'hier et implacable remise en scène de la dure réalité quotidienne au détriment de la fiction.

Car mis à part le sautillant "Ghetto Club" que Bustafunk a calibré pour les dance floors avec la complicité de Thalisha, le ton n'est plus à la rigolade. Les 19 autres titres sont cimentés dans la réalité urbaine de la France où la lutte des classes est bien réelle car à l'opposé de bien des beaux parleurs, ReliC ne tourne pas en rond dans une bulle déconnectée de la vraie vie que ne connaissent plus les rappeurs embourgeoisés, voire pas du tout les mythomanes qui s'inventent des quartiers apocalyptiques. D'emblée avec l'intro puis avec "Invasion 2006" (prod° X-Tazy) et plus loin avec le terriblement vindicatif "Le Monde du rap" (prod° Médéline), tous ceux qui ont manqué de respect se font sévèrement violenter par les rimes vengeresses du quatuor qui rappe uni sans plus aucune escapade solo (mise à part l'excellent interlude scratché par DJ Soft au milieu de l'album) de bout en bout. Mais ReliC est bien loin de s'enfermer dans la rancœur.

La complexité crue de leur rugueux contexte social et urbain est magnifiquement mise en scène dans des titres comme "On T'emmène" (prod° Médéline), "Virée Nocturne" (prod° Cannibal Smith), "Regarde" (prod° JR de Pole Prod), "Dernier Jour" (prod° Bustafunk) ou "Vie Sous Morphine" (prod° Médéline) où la multiplicité des exemples déployés place l'argumentaire progressiste et l'art du storytelling de ReliC un cran au-dessus de ceux qui n'aboient que dans le vide. Durant tous les méandres de "Loin Des Apparences", la versatilité des 3 MC's s'exprime à plein, découvrant une fois encore une sensibilité qui n'est pas dissimulée comme de coutume dans le rap français. "Sombres Illusions" (prod° Manscaro), "Peurs Et Faiblesses" (prod° Manscaro) rappellent que derrière toutes les armures prennent place des angoisses inévitables.

Inévitable également la rébellion que font naître tous les dérapages policiers et judiciaires couverts par des élus ou ministres dont la politique répressive penche toujours plus à droite. Inévitable, donc, une offensive comme "Rapport De Force" (prod° Médéline) ou un rappel de mémoire bien documenté comme "Pourquoi Lui" (prod° Médéline) à propos de la tragique affaire Omar Raddad qui défraya la chronique dans les années 90. Nerveux et riches en scratches, "Hustlers (prod° Bustafunk) et "Verbale Agression" (prod° Médéline), les deux piques egotrip de l'album viennent perpétrer cette tradition hip-hop à laquelle se plie tous les vrais MC's sans affaiblir le très beau tribut aux femmes qu'est "Hommage" (prod° Manscaro) ni l'appel solennel à l'espoir qu'est "Garder La Pêche" (prod° Médéline).

Comme à leur habitude, Antar, Chodo, Manscaro et DJ Soft ont fait appel à une équipe de production incontestable, capable de concevoir des ambiances cinématiques parfaitement ajustées à la grande variété de leurs propos. Il aurait été difficile de se passer des prouesses de Médéline, Bustafunk, JR de Pole Prod, X-Tazy et d'un Manscaro aussi convaincant derrière le micro que derrière le sampleur.

"Loin Des Apparence" s'impose dès la première écoute comme un atout maître de la déjà longue discographie de ReliC, solidifiant le rang du quatuor d'Argenteuil qui réalise du même coup un des meilleurs albums du millésime 2006, catégorie rap français.

Production : Medelin, Bustafunk, Cannibal Smith, Xtazy, Manscaro, DJ Soft, Haze....


© 2006 S.C.T.T.

Jeudi 19 Octobre 2006 - 20:56
sur cette page