Connectez-vous S'inscrire

Nouvel album du guitariste ROBBEN FORD : "Soul on ten"




Nouvel album du guitariste ROBBEN FORD : "Soul on ten"
La note 10/10 ne se discute pas : avec son nouvel album Soul on Ten, son quatrième pour le label Concord Music Group, Robben Ford reste au top en démontrant que ses cinq nominations aux Grammy Awards ne devaient rien au hasard… car il joue vraiment "on ten", c'est-à-dire avec tout le talent et l'expérience qui avaient poussé le magazine Musician à qualifier Robben de “l'un des 100 meilleurs guitaristes du 20ème siècle.”

Huit des dix titres qui composent cet album ont été enregistrés "live" pendant deux nuits en avril dernier, au club The Independent de San Francisco ; ce club se trouve à seulement 5 minutes du Fillmore où Robben, Californien pur jus, avait autrefois écouté B.B. King, Jimi Hendrix, Duane Allman, Eric Clapton, Jerry Garcia, Albert King, Jimmy Page, Michael Bloomfield ou encore Elvin Bishop… Soul on Ten saisit le style unique de Ford ; c'est un style qui combine et transcende ses racines jazz, fusion, blues, soul et rock en s'inspirant du passé, l'œil rivé sur le futur...

“Je voulais documenter l'expérience de jouer 'live',” dit Ford à propos du nouvel album, qui vient s'ajouter aux trois autres disques de Robben chez Concord : Blue Moon (2002), Keep on Running (2003) et Truth (2007).

“Je trouve que cela avait beaucoup plus d'impact qu'un enregistrement fait en studio. La musique est un être vivant qui respire. L'art est intemporel, sans début ni fin. Avec l'art, il n'est question que de l'instant présent.”

Sur l'album, Robben est entouré du groupe qui l'accompagne régulièrement depuis quelques années déjà : Toss Panos, batteur (ce musicologue né à Athens étudie les percussions africaines et la musique grecque, et a joué du blues à South Central avant de donner au son du groupe une perspective 'World') ; Travis Carlton, bassiste (26 ans, né à Los Angeles) est le fils du grand guitariste de jazz Larry Carlton, qui a également joué avec Ford ; Neal Evans est à l'orgue, et c'est à lui que nous devons le son unique du B3 Hammond présent sur cinq morceaux ici.

Dans le répertoire il faut noter: “Nothin’ to Nobody”, sa collaboration avec Michael McDonald (sur l'album Supernatural, Blue Thumb, 1999) ; “Indianola” en hommage à B.B. King (Blue Moon, 2002) ; “There’ll Never Be Another You” et “How Deep in the Blues (Do You Want to Go),” de l'album Truth (2007) ; deux reprises, tous deux des classiques du Chicago Blues (“Spoonful” de Willie Dixon et “Please Set a Date” d'Elmore James) ; plus les trois nouvelles compositions de Robben Ford que sont “Earthquake” et deux enregistrements réalisés en studio, “Don’t Worry About Me” et “Thoughtless”.

“Dans cet album il s'agit de l'expérience 'live': ce que l'on ressent quand on joue et quand on écoute de la musique,” explique Robben. “Avec la musique, l'important est ce qui se passe quand tu joues devant un public. C'est à ce moment-là que tu comprends vraiment. C'est cet instant-là que je voulais saisir.”

Et Robben Ford le saisit comme lui seul sait le faire. Le titre de son nouvel album est une parfaite description de son engagement envers sa muse : il est au maximum et on ne peut plus le retenir. “J'ai toujours autant d'inspiration,” affirme-t-il. Une seule écoute de Soul on Ten vous fait comprendre que Robben Ford le dit très sérieusement.

Jeudi 13 Août 2009 - 12:32



Nouveau commentaire :

sur cette page