Connectez-vous S'inscrire

Paul-Loup Sulitzer et sa fille : "A Cannes, il faut être prêt à ne pas dormir!"




Paul-Loup Sulitzer et sa fille : "A Cannes, il faut être prêt à ne pas dormir!"
"Merci, papa, pour le chapeau !" Le beau temps est au rendez-vous, mercredi, sur la plage de l’hôtel Martinez. Paul-Loup Sulitzer vient d’offrir à sa fille un couvre-chef à larges bords pour la protéger du soleil. Le marchand ambulant a à peine tourné les talons dans le sable, que Victoria Serna Sulitzer dépose sa capeline improvisée sur la table, où trônent des cocktails colorés, carotte pour elle, kiwi pour lui.

La jeune femme tend le visage au soleil, bien décidée à profiter de cette parenthèse cannoise. Certes, le Festival, c’est "le business", explique l’écrivain français, venu rencontrer producteurs et distributeurs au sujet d’un documentaire sur sa vie mais aussi d’une adaptation de son premier roman, Le roi vert qui, d’après lui, "intéresse beaucoup les Américains".

Ne "rien rater"

Mais Cannes, c’est aussi le plaisir partagé entre un père et sa fille. Pour eux, pas question de rester dans leur résidence Henry IV, près du Martinez. "Nous sommes partis de Paris, mardi matin et depuis, nous faisons la tournée des grands ducs", se réjouit Victoria Serna Sulitzer. "Balades sur la Croisette, déjeuners sur la plage et soirées sympa où l’on danse, voilà nos activités à Cannes", explique-t-elle, racontant que la veille, les deux fêtards n’ont pas quitté la soirée du très hype hôtel 3.14, "avant trois heures du matin".

"Et ce matin, nous étions debout à huit heures", lance-t-elle, fièrement : "C’est ça, Cannes, il faut être prêt à en profiter et à ne pas dormir!" "Sinon, à quoi bon y venir, si c’est pour tout rater?", conclut Victoria Serna Sulitzer.

Jeudi 24 Mai 2012 - 16:57



Nouveau commentaire :

sur cette page