Connectez-vous S'inscrire

Phénomènes




Il souffle un vent de folie sur New York. A Central Park, puis dans la ville tout entière, des individus, désorientés, se suicident subitement par tous les moyens. Tandis que les New-yorkais sont sommés d’évacuer, le phénomène apparemment dû à une toxine répandue dans l’air (attaque terroriste ou catastrophe chimique ?), s’étend à Philadelphie, Boston, puis à toute la Côte Est. Forcé comme d’autres voyageurs de débarquer d’un train en rase campagne, au beau milieu de la Pennsylvanie, un jeune couple en crise (Mark Wahlberg et Zooey Deschanel) tente de comprendre… Grand conteur d’histoires à dormir debout (‘“Le Sixième sens”, “Incassable”, “Signes”…), M. Night Shyamalan prend le spectateur à la gorge dès les premières images de ce film d’horreur écologique sur les écrans en 2008, qui s’impose comme la plus hitchcockienne de ses œuvres à ce jour. A mille lieues du précédent “La jeune fille de l’eau”, “Phénomènes” (“The Happening”) délaisse le merveilleux pour le réalisme, le désenchantement, la noirceur et la violence (les images gore lui ont valu la classification R. Rated, soit “interdit aux moins de 16 ans non accompagnés d’un adulte”). Même si quelques partis pris sont discutables (le jeu très décalé de Mark Wahlberg et Zooey Deschanel…), le cinéaste marque des points du côté des atmosphères (terrifiantes), et de la beauté des plans. Ici, point de discours mystique, juste une sensation d’horreur, à peine adoucie par la tendresse qui émane du jeune couple en déconfiture, seul symbole d’espoir de cette vision hautement apocalyptique. Interactivité : 3/5 Vu le film, on est un peu déçu de la teneur superficielle du programme des suppléments. On peut y découvrir cependant quelques featurettes instructives sur le tournage, un bêtisier et des scènes inédites pertinemment introduites par M. Night Shyamalan, visiblement ravi d’avoir obtenu le R. Rated et une plus grande liberté de ton. Image et son : 5/5

Mercredi 10 Décembre 2008 - 17:50



Nouveau commentaire :

sur cette page