Connectez-vous S'inscrire

Philippe Jaroussky - La dolce Fiamma




Philippe Jaroussky - La dolce Fiamma
Philippe Jaroussky a brillamment confirmé qu'il était bien l'une des étoiles de sa génération, vainqueur aux Victoires de la Musique 2004 dans la catégorie Révélations Lyriques, "Artiste lyrique de l'année" en 2007 (un événement s'agissant d'un contre-ténor), et de nouveau primé en 2008 avec son disque Carestini sacré « enregistrement de l’année », il accède au statut de disque d’or pour son album Heroes, consacré aux airs d’opéras de Vivaldi avec l’Ensemble Matheus sous la direction de J. C Spinosi édité en 2006 chez Virgin Classics.

Des récompenses exceptionnelles qui justifient une maturation artistique et un parcours musical sans faute.

Violoniste de formation, Philippe Jaroussky obtient en 2001 son diplôme au Département de Musique ancienne du Conservatoire National de Région de Paris avec les félicitations du jury. Depuis 1996, il étudie le chant avec Nicole Fallien.

Dans le XVIIIe siècle, Antonio Vivaldi occupe une place de choix dans son répertoire. Avec l’Ensemble Matheus de Jean-Christophe Spinosi, il participe à plusieurs opéras – La Verità in Cimento, Orlando furioso, La Fida Ninfa et La Griselda – donnés triomphalement dans toute l’Europe. Il est en outre un interprète de référence du fameux Nisi Dominus du « Prete Rosso », tant avec l’ensemble Matheus qu’avec La Grande Ecurie de Jean-Claude Malgoire. C’est avec ce dernier que Philippe Jaroussky a abordé plusieurs des grands rôles haendéliens : Néron dans Agrippina en 2003 puis le rôle-titre de Rinaldo en 2005 (Théâtre des Champs-Elysées).

C’est également Haendel qui constitue l’épine dorsale de son programme consacré au castrat Carestini, pour la première collaboration avec Le Concert d’Astrée d’Emmanuelle Haïm (concerts au Théâtre de Caen puis au Théâtre des Champs-Elysées, mars 2006).
Une Collaboration qui se poursuit au disque aussi bien en matière de répertoire que d’accompagnement; son récital The Story of a Castrato ressuscite tout naturellement les fastes baroques de Carestini (paru en octobre 2007).

Si la tessiture de contre-ténor connaît aujourd’hui d’illustres représentants, Philippe Jaroussky se distingue de ses confrères par une véritable singularité : la qualité purement instrumentale de son chant, la grâce insigne de sa voix d’une juvénilité toute naturelle, à la fois éthérée et sensuelle.

Philippe s’est remarquablement illustré à l’automne 2008 dans le rôle-titre du Sant’Alessio de Stefano Landi avec Les Arts Florissants (William Christie) et une mise en scène de Benjamin Lazar ; Considéré comme l’un des événements lyriques de la rentrée, la production a triomphé à Paris, aux Théâtre des Champs-Elysées, à Caen, à Nancy et a fait l’objet d’une tournée européenne : Madrid, Genève, le Luxembourg, Londres, et New York.

Nous avons eu l’occasion de l’entendre en janvier au côté de Vivica Genaux dans Ercole de Vivaldi au Théâtre des Champs-Elysées, avec l’Europa Galante dirigé par Fabio Biondi, œuvre qui paraîtra en disque en 2010. En février est paru son nouveau disque de mélodies françaises, Opium, programme très original qu’il a donné en concert le 5 avril au Théâtre du Châtelet à Paris ainsi que dans plusieurs villes de province.

Son nouveau disque événement, La dolce Fiamma, consacré à des airs d’opéras de Jean-Chrétien Bach avec le Cercle de l’Harmonie et Jérémie Rhorer, paraîtra en novembre 2009, et il donnera ces mêmes œuvres en concert le 16 septembre au Théâtre des Champs-Elysées à Paris, et le 18 à Vichy.

Samedi 31 Octobre 2009 - 13:45



Nouveau commentaire :

sur cette page