Connectez-vous S'inscrire

Philippe Leclercq candidat aux présidentielles de 2012




Philippe Leclercq, président de cosmAgora, association dédiée à la défense des usagers du crédit, a décidé de se porter candidat aux élections présidentielles de 2012.

C'est en constatant que les banques étaient redevables de 130 milliards d'Euros - au bas mot ! - envers les consommateurs, que Philippe Leclercq a décidé de prendre la tête d'une motion pour un moratoire sur les crédits renouvelables.

S'inspirant du moratoire sur les loyers décidé par le gouvernement de Louis Trochu, moratoire dont la suppression par l'assemblée nationale royaliste sera une des causes de la Commune (qui le rétablira d'ailleurs immédiatement), le moratoire sur les crédits renouvelables repose sur cette constatation que les banques et organismes de crédit ne respectent pas la législation encadrant ces pratiques.
Par conséquent, les contrats de crédit concernés voient le taux d'intérêt contractuel ramené à zéro : c'est la déchéance du droit aux intérêts. Dans d'autres cas, la nullité peut être invoquée, avec le même résultat : le prêteur doit rembourser à l'emprunteur les intérêts déjà perçus.

En ce qui concerne le crédit renouvelable, compte-tenu des taux d'intérêt pratiqués, ce remboursement peut atteindre plusieurs milliers d'Euros par dossier.

La quasi-totalité des 30 millions de dossiers en cours d'exécution est concernée. Cela représente pour les banques plus de 130 milliards d'Euros à rembourser.

Et c'est une opportunité sans précéder de sortir les ménages du surendettement.

Pour permettre aux consommateurs de voir vérifiée la conformité de leurs dossiers de crédit aux impératifs naissant des dispositions d'ordre public du code de la consommation, il est nécessaire de geler immédiatement l'exécution de ces contrats, par un moratoire d'une durée suffisante à la mise en place d'une procédure simple, rapide et peu coûteuse de nature à faciliter la tâche des tribunaux d'instance qui auront la charge de condamner les banques délinquantes.

Cette procédure s'inspirera de la requête en injonction de payer, outil mis pour l'instant à la seule disposition des créanciers pour réduire leurs débiteurs sans le bénéfice d'un jugement contradictoire.

Philippe Leclercq n'a pas de programme politique et n'est inféodé à aucun parti. Il entend réunir un million de voix des consommateurs lésés et trompés par les banques, pour faire aboutir son projet.
Ce million de voix sera reporté au second tour, sur le candidat ayant intégré notre projet dans son programme.

Mardi 13 Septembre 2011 - 18:13



Nouveau commentaire :

sur cette page