Connectez-vous S'inscrire

Pierre Bergé : "Je ne ferai pas de cadeau aux Chinois"




Pierre Bergé : "Je ne ferai pas de cadeau aux Chinois"
Accusé par Pékin de détenir et vendre sans droit deux bronzes pillés il y a 150 ans, Pierre Bergé s'est dit prêt à rendre ces statuettes aux Chinois à la condition qu'eux aussi reconnaissent le droit. En l'occurrence, les droits de l'Homme.

"Je ne ferai pas de cadeau aux Chinois contrairement à ce qu'ils imaginent. Je suis prêt à donner ces têtes chinoises à la Chine s'ils sont prêts à reconnaître les droits de l'Homme", a-t-il expliqué vendredi sur France Inter, à quelques jour de la ventes aux enchères de la collection qu'il détenait avec Yves Saint Laurent.

Guerre de l'Opium

Des avocats chinois ont annoncé vendredi avoir entamé une procédure judiciaire à Paris pour empêcher la vente de ces têtes de rat et de lapin en bronze, pillées à Pékin il y a près de 150 ans au Palais d'été par les troupes franco-britanniques à l'occasion de la Seconde guerre de l'opium. Elles sont estimées entre 8 et 10 millions d'euros pièce. Un juge des référés de Paris doit statuer lundi sur la plainte déposée au nom de l'Association pour la protection de l'art chinois en Europe (Apace).

"Ces têtes chinoises ont été pillées il y a 150 ans en Chine comme on été pillées les fresques du Parthénon à Athènes qui sont au British Museum, comme ont été pillées beaucoup de pièces qui se trouvent dans tous les musées du monde", a souligné Pierre Bergé, ancien président de la maison de couture Yves Saint Laurent, qui a financé en 1989 la Maison de la Démocratie Chinoise de Paris, destinée à venir en aide aux dissidents chinois.

Vendredi 20 Février 2009 - 20:19



Nouveau commentaire :

sur cette page