Connectez-vous S'inscrire

Pierrick Pedron Omry




Libre à chacun de poser les mots qu’il peut sur « Omry ». C’est peut-être là que commence l’incertain jazz, quand les formulations préétablies ne suffisent plus à qualifier les partitions à l’oeuvre. Prêt à plonger dans l’immensité des sons, à l’image de la photographie qui sert de couverture à « Omry », Pierrick Pédron féconde naturellement la diversité esthétique qui l’habite, celle d’un quadragénaire à l’écoute du monde. À cet endroit, nul doute que cet album s’impose comme une des multiples variations d’un jazz, une musique qui ne s’écrit désormais qu’au pluriel des subjectifs. Voilà pourquoi il y impose un travail d’équipe avant tout, un son de groupe surtout, une histoire d’amitiés et de bonnes vibrations au-delà de tout. À ses côtés, le solide soliste invite des complices qui l’ont déjà accompagné sur d’autres aventures et qui chacun apporte son savoir-faire. Sans eux, cette galette n’aura pas tout à fait le même goût.

Lundi 2 Mars 2009 - 16:39



Nouveau commentaire :

sur cette page