Connectez-vous S'inscrire

Poney Express nouvel album "Palladium" le 04 octobre 2010


Le nouvel Album de Poney Express "Palladium" sortira le 04 octobre 2010 chez Atmosphériques. PALLADIUM enregistré en live par le producteur Martin RUSHENT (The Buzzcocks, Human League, The Stranglers...) et mixé par le londonien Craig SILVEY (Portishead, The Coral, The Horrors...), ce nouvel album conforte la volonté de PONEY EXPRESS, d’explorer - toujours en français - les confins d’une bande son presque exclusivement réservée aux anglo-saxons.



Là où "Daisy Street", premier opus composé en duo par Anna Berthe et Robin Feix (Louise Attaque) dévoilait une pop intime, colorée et acoustique, "Palladium" révèle un groupe désormais complet à l'humeur électrique et libérée, envoyant sur orbite les claviers désuets ou futuristes de Michael Garçon (AS Dragon) et la batterie tantôt organique tantôt électronique de Gérard Gacoin ( Vegomatic).

Si "Palladium" évoque un métal précieux, ce nouvel album n'en demeure pas moins brut : composé entièrement à 4, enregistré en live par le producteur Martin Rushent et mixé par le londonien Craig Silvey, il conforte la volonté de Poney Express, d'explorer - toujours en français - les confins d'une bande son presque exclusivement réservée aux anglo-saxons.

BIO :
Anna, Robin, Poney Express...

Il est rare qu'un simple nom de groupe décide de la musique qu'il joue. C'est pourtant la direction suivie par Poney Express. En toute insouciance et en toute spontanéité, le duo parisien sillonne des territoires folk pop rarement visités en France. Binôme à la ville comme en studio ou sur scène, Poney Express est en harmonie totale avec son nom, à la fois léger, rapide et frais.
Ce premier album scelle la rencontre musicale d'Anna (auparavant chanteuse de Tétard) et de Robin Feix, bassiste de Louise Attaque. Egalement à la guitare, Anna déroule un chant effleuré, tout en retenue, à la manière des premiers disques de Nico. Robin l'acccompagne à la basse et à la guitare rythmique, mais aussi aux claviers, au banjo, et au glockenspiel alors que Rob Allum, batteur des High Llamas, prête main-forte sur quelques morceaux et que Sean O'Hagan (High Llamas et Stereolab) signe les arrangements de cordes.

Daisy Street, Cardiff

Parti du désir d'enregistrer à Glasgow, la ville de Belle & Sebastian, ce premier disque de Poney Express s'est fait à Cardiff, sur les traces des Young Marble Giants ! Anna et Robin ont passé une partie du mois d'août 2007 au studio Music Box de Daisy Street, une rue des faubourgs de la ville, sous la houlette de Charlie Francis, lui aussi complice des High Llamas, qui a notamment collaboré avec Robyn Hitchcock, The Noisettes et REM.
Composées et chantées en français, ces quinze chansons évoquent une légèreté et une aisance pop évidentes. Elles reflètent une complicité d'écriture et de composition de tous les instants. Chaque morceau est enregistré dans les conditions du live, sans mêtronome et sans casque. Le duo joue l'un en face de l'autre, à la fois roots et naturel, obtenant un son fusionnel, nourri de l'influence des duos historiques, Lee Hazelwood & Nancy Sinatra ou encore Jane Birkin & Serge Gainsbourg.
On y entend presque le son de la pièce et la manière dont on peut s'en sortir à deux, seuls au monde ou presque : un projet de vie et une vraie complicité, amoureuse et musicale.

Echappée "mod" au pays du farwest

Les vignettes folk pop de Poney Express possèdent un sens cinématographique évident. Nobody s'inspire ouvertement du film Dead Man réalisé par Jim Jarmusch, émaillé de quelques retranscriptions de dialogues choisis. L'ambiance du film culte Blow Up d'Antonioni a largement influencé Une Actrice, l'un des points forts de Daisy Street. Et l'idée de La fugue provient du plan-séquence d'Antoine Doisnel courant vers la mer dans les 400 Coups de Truffaut. Femmes de Milwaukee est un clin d'oeil malicieux aux Violent Femmes, une des influences fondatrices de Robin, qui a souvent collaboré avec Gordon Gano.
Une certaine nostalgie mods flotte sur le disque, à la fois simple et insouciante, mais pleine d'entrain. La musique de Poney Express se nourrit de cet art de vivre mods, en adéquation avec la tenue vestimentaire du duo et la musique écoutée, millésimée et choisie avec envie.

Depuis l'été, Poney Express est revenu jouer plusieurs fois à Cardiff. Le duo semble bel et bien avoir oublié Glasgow, désormais prèt à chevaucher sur les chemins de traverse folk et les grandes voies pop.

Mercredi 18 Août 2010 - 21:30



Nouveau commentaire :

sur cette page