Connectez-vous S'inscrire

ROCK & JUNIOR - Let’s Get Physical




ROCK & JUNIOR - Let’s Get Physical
Rock & Junior, tout est dans le titre. Les amateurs de football apprécieront la référence à l’international brésilien Roqué Junior. Quoi de plus normal quand on sait qu’au siècle dernier le maître d’oeuvre dudit projet, Richard Minier, s’est baptisé Overmars, étoile du ballon rond venue du Pays-Bas. Un défenseur et un attaquant, la belle au centre pour celui qui s’illustra chez les Sherpas puis les Marathonians, mais aussi aux manettes pour Jehro.

Rock & Junior, c’est une équipe : un producteur français aux avant-postes, avec à ses côtés deux recrues. Soit deux dames de caractère, du genre à transcender les clichés, pour incarner les délires de cet as des manettes, du style à tout jouer. D’un côté, l’Américano-Franco-Péruvienne Maya Alban Zapata, théâtreuse branchée arty glamour berlinois, chanteuse à ses heures et lle du saxophoniste Archie Shepp. “En rencontrant Richard, ce fut un coup de coeur. C’était début janvier 2008 à Paris.

Deux mois plus tard, on se retrouvait à Berlin, pour poser quelques titres.” Après deux week-ends et une bouteille de champagne, l’absolute beginner se découvre une voix originale, elle qui dans la même phrase peut enchaîner un bon mot d’allemand, un idiomatique so british et une expression typique française.

Sa complice sur le projet se prénomme Ruth Eva Bekono Booh, camerounaise exilée à Toulouse, lle de diplomate qui a beaucoup bougé, chanteuse gospel et soul ayant usé sa voix au conservatoire classique de la Ville Rose, elle promène sa voix tantôt sucré sur le reggae pop de Senorita tantôt canaille sur l'urban rock Revolution.

A ce tiercé de tête, s’ajoutent quelques numéros complémentaires : l’Américain Beat Assailant qui tombe ses mots, un Jamaïcain qui pose son ow, un chef cuisinier gay brésilien pour la touche telenovela et le New-Yorkais Tom Coyne pour naliser ce disque enregistré entre Orléans, Berlin et Buenos Aires. Rock & Junior, tout est parti d’une idée : concocter un mix improbable entre le gospel de « Sympathy For The Devil » et l’acid-electro-rock de Primal Scream, avec en tête le “Sandinista” des Clash. Au nal, ce sera un missile imparable. A l’image de « Let’s Get Physical », une bombe qui invite sur le dance- oor André 3000 aka Outkast, Britney Spears vs Toxic et Nina Hagen période Berlin. Bing bang boom ! Les clubbeurs devraient apprécier. Alternative soul pop, selon le maître de céans. Electro ghetto rock selon les canons de la mode. En clair, un pur global mix concoté dans les meandres du réseau globalisé, impur ovni qui résiste aux dé nitions étriquées. C’est plutôt bon signe en ces temps d’a priori et de catégories.


Jeudi 28 Mai 2009 - 22:04



Nouveau commentaire :

sur cette page