Connectez-vous S'inscrire

SORTIE NATIONALE LOGORAMA AND CO LE 5 OCTOBRE 2011




SORTIE NATIONALE LOGORAMA AND CO LE 5 OCTOBRE 2011
A travers six courts-métrages d’animation réalisés ces deux dernières années, nous explorons des sociétés où l’image et l’individu se confondent.

Depuis la préhistoire, jusqu’à un futur imaginaire, en passant par notre monde contemporain revisité, des individus se dressent pour lutter contre ces sociétés ou simplement tenter d’y survivre.

Description du projet

Logorama and Co. est l'association de six courts-métrages :

- L'Homme à la Gordini, de Jean-Christophe Lie, 10 minutes
- Pixels, de Patrick Jean, 2.35 minutes
- Fard, de David Alapont et Luis Briceno, 13 minutes
- La Vénus de Rabo, de François Bertin, 9.30 minutes
- Rubika, de Claire Baudean, Ludovic Habas, Mickaël Krebs, Julien Legay, Chao Ma, Florent Rousseau, Caroline Roux et Margaux Vaxelaire, 3.58 minutes
- Logorama, des H5, 16.05 minutes
Nommé...

Le court-métrage donnant son nom au film, Logorama, fut présenté au Festival de Sundance.

Récompensé !

Le court-métrage Logorama a également reçu l'Oscar du Meilleur Court Métrage animé en 2010 et le César du Meilleur Court Métrage 2011. Quant à Rubika, il a reçu le Prix du Public au Festival international des Très Courts et le Prix Anima 2011 du meilleur court-métrage (catégorie professionnelle).

Un court de longue haleine

Véritable mine visuelle d'une minutie incroyable et regorgeant de détails et clins d’œil, Logorama a nécessité six ans de travail, pour un résultat final d'à peine seize minutes ! La seule sélection des marques a duré dix-huit mois. Les réalisateurs affirment d'ailleurs avoir procédé de la même façon que pour le casting d'un film traditionnel, privilégiant les mascottes à la fois connues et ayant la figure de l'emploi (le clown qui fait peur, par exemple). Ils insistent cependant sur le fait que les marques viennent illustrer l'histoire préalablement écrite, et non l'inverse.

Un Ronald fugitif

A l'instar du personnage qu'il campe dans Logorama, le Ronald présent est véritablement hors-la-loi dans la mesure où aucune des marques (toutes déposées) utilisées n'a fait l'objet d'une demande de droits de la part des réalisateurs. Ce choix, s'il peut paraître risqué, est tout à fait réfléchi : les cinéastes souhaitaient ainsi souligner un certain paradoxe moderne qui fait que l'on "peut se permettre de caricaturer le président, le Pape, Mahomet ; par contre, il n'y a pas plus protégé que le logo d'une marque qui existe".

De la dénonciation à la promotion ?

Bien curieuse trajectoire que celle suivie par Hervé de Crécy et François Alaux, réalisateurs de Logorama ! En effet, après avoir décrit un monde asphyxié par les marques dans leur court-métrage, tous deux ont accepté d'illustrer la naissance de la nouvelle bouteille de Coca-Cola, à l'occasion du 125ème anniversaire de la marque, dans un spot suivant les aventures d'une bouteille rêvant d'un relooking.

Jeudi 15 Septembre 2011 - 20:41



Nouveau commentaire :

sur cette page