Connectez-vous S'inscrire

Sarkozy : "Nous ne devons céder ni à l'amalgame, ni à la vengeance"




Sarkozy : "Nous ne devons céder ni à l'amalgame, ni à la vengeance"
Nicolas Sarkozy a appelé mercredi à l'unité nationale au moment où le principal suspect des sept meurtres de Toulouse et Montauban est assiégé par la police, appelant les Français à ne céder "ni à l'amalgame ni à la vengeance".

Lors d'une allocution à l'Elysée en fin de matinée à l'issue de sa rencontre à l'Elysée avec les représentants des communautés juive et musulmane, le chef de l'Etat a annoncé qu'il se rendrait dans la journée à Toulouse au chevet des victimes et des policiers blessés lors de la tentative d'arrestation du ce suspect qui se réclame d'Al Qaïda.

"Le terrorisme ne parviendra pas à fracturer notre communauté nationale", a déclaré le Président. "Nous devons être rassemblés. Nous ne devons céder ni à l'amalgame ni à la vengeance", a-t-il ajouté. "Face à un tel événement, la France ne peut être grande que dans l'unité nationale. Nous le devons aux victimes froidement assassinées, nous le devons à notre pays", a conclu Nicolas Sarkozy.

Mercredi 21 Mars 2012 - 15:25



Nouveau commentaire :

sur cette page