Connectez-vous S'inscrire

Seb Martel - Coitry

Depuis le 11 septembre 2006




Ombre ou lumière. : L’histoire des musiques populaires déborde de destins étranges, atypiques ou surprenants. Certains musiciens tiennent une place à part au temple de la discrétion : Billy Preston, Nicky Hopkins, Fred Wesley ou plus récemment Marc Ribot…Autant de sons, de solos et d’arrangements présents dans toutes les bonnes chaumières, autant de noms écrits en tout petit, en bas à droite à l’intérieur du livret.

Seb Martel est l’un d’eux. Pour l’instant.


Si Mathieu Chédid, Camille, Alain Chamfort, Piers Faccini ou Enrico Macias ont fait appel aux phrasés hors sentiers rabattus du guitariste angevin, le chanteur et songwriter construit en parallèle et patiemment un de ces petits mondes qui pourrait bien tout déchirer sans crier gare. Chez Vercoquin, Betamax, Las Ondas Marteles ou sous son propre patronyme, un seul et unique monde de chansons si délicates qu’on aimerait pouvoir les mettre à l’abri. Une folie sortie d’un cerveau gentiment perturbé qui prétend qu’on peut aimer Charley Patton et Serge Gainsbourg, qui cherche à nous convaincre qu’on peut rêver du Mississipi tout en adorant vivre à Montreuil.

Avec « Ragalet » en 2003, Seb avait écrit le premier chapitre d’un bouquin sonore qui s’annonçait champêtre et résolument insaisissable. L’album avait été suivi de concerts aériens, puis de soirées nomades où Seb le maitre de cérémonie réinventait le Greenwich Village des années 60 en compagnie de ses compagnons de flâneries.

« Coïtry » rassemble les deux épisodes suivants du road movie. Deux faces d’un même chapitre, deux courts métrages pour une seule séance. 12 chansons bien balancées, enregistrées et bricolées en douceur, au plus près de la vie. La vraie.

Bien sûr, les amis ont voulu en être. Vincent Ségal, Cyril Atef et M, récents colocataires de tour-bus ; Fred Poulet, Piers, Hervé Salters ou Vic Moan, même passion commune pour l’artisanat de la chanson ; Martin Gamet, Cyril Aveque ou Jerôme Goldet, musiciens-frères jusqu’au bout de la nuit.

Le résultat sonne comme l’un de ces miracles qu’on n’attendait plus. Tout seul comme un grand, Seb Martel a inventé la musique de proximité, des chansons si proches de nous qu’on jurerait les avoir écrites.

écouter la Radio et les multiples canaux programmés par SebMartel : http://www.sebmartel.com/

Dimanche 24 Septembre 2006 - 02:07
sur cette page