Connectez-vous S'inscrire

Senaya - Garde la tête haute




Elle est née sous le soleil d’Afrique, a grandi bercée par le vent des Antilles, a connu la France, a voyagé et re-voyagé un peu partout et s’est posée, pour cette fois-ci, à Montréal. Senaya voit le jour à Dakar, ville où l’effervescence en est une presque magique, ville de lumières, de musiques et de rythmes qui imbiberont son enfance. Fille d’un homme d’affaires sénégalais qui gratte un peu la guitare, d’une mère guadeloupéenne qui chante sans cesse tout en jouant des percussions, la divine Senaya y trouve une voie, une brûlante passion pour la musique, passion innée, qui va de soi chez elle.

De Dakar à Pointe-À-Pitre, la musique est partout, dans les rues, dans le regard des gens, dans ses veines, contact universel qui borde ses souvenirs. Les yeux et le cœur grands ouverts, Senaya voyage souvent avec sa sœur et sa famille; l’Europe, New York, où elle s’imprègne des odeurs, des couleurs, des rythmes, des gens. Senaya encore bien jeune, quitte avec sa mère le Sénégal pour la Guadeloupe, au cœur des rythmes endiablés des Antilles, découvrant de nouveaux horizons, s’adaptant à de nouvelles mœurs, à une nouvelle langue, à de nouvelles sonorités. Vite rattrapée par la piqûre de la découverte, elle part étudier en Afrique, puis en Martinique où elle entreprend des études en traduction espagnole. Elle s’envolera vite vers le Venezuela où elle passera trois mois et se rendra, amoureuse, jusqu’à Porto Rico; elle a le monde à voir, à vivre, à respirer.

Après moult allées venues entre le Sénégal, les Antilles et le chaud soleil de l’Amérique latine, elle part étudier en France, à Nancy où en plus du créole, du français, du wolof et de l’espagnol qu’elle parle déjà couramment, elle apprend l’italien, l’allemand et l’anglais. Libre, assoiffée de rencontres et de découvertes, sept langues dans sa poche, le sourire plus radieux que jamais, Senaya goûte à l’Espagne, à l’Allemagne, découvre ça et là, de nouvelles cultures, de nouvelles mentalités. Amoureuse du monde, elle forge son caractère à grands coups d’éclat de rires et de musiques. Transculturelle, elle lance les yeux fermés sur une carte du monde, une pièce de monnaie pour décider de son prochain chez-soi. Ainsi, où la pièce roulerait, elle partirait. L’Australie ou le Canada se disait-elle, le sou trancherait. En 1996, Senaya arrive donc à Montréal, ville qu’elle choisit pour sa liberté et son ouverture, pour sa culture bouillonnante. Sa soif de nouveaux horizons, de nouveaux univers humains, de découvrir l’autre, trouvera en Montréal une oasis d’inspiration. « Entre cette ville et moi, ça a été le coup de foudre. Jamais je n’avais ressenti cela… ou, si, peut-être à Dakar. Dakar a aussi ce charme magique qui me prend à la gorge à chaque fois que j’y suis. »

Dès son arrivée à Montréal, elle joint le groupe Sunroots dans lequel elle chante, compose et où elle partage la scène avec Ivoiriens, Cubains, Camerounais, Québécois, bref, elle joue, rit et chante dans toutes les langues et, apprend, dans le plaisir et l’amitié, son métier. Auteur-compositeur-interprète autodidacte, elle qui sait chanter la salsa, qui sait danser le zouk et hurler le rock, cherche sa propre ligne musicale. En 2000, elle se retourne vers des notes plus blues, plus soul vers ce qu’elle qualifie d’un jazz caribéen. C’est toutefois au cœur de son bouquet de cultures et de ses innombrables vies, à travers l’amalgame de richesses qu’elle a su cueillir tout au long de sa route qu’elle trouve un son qui lui est propre. Sa collaboration avec le guitariste haïtien Wesley Louissaint donnera quelques-unes de ses magnifiques chansons, notamment « On s’en fou », « Umjala » et « Soul créole » avec lesquelles elle remportera en 2003 le titre de l’interprète de l’année au Festival International de la chanson de Granby. S’en suivra une tournée d’un mois à sillonner la province, à illuminer de sa fraîcheur et de son immense talent les salles du Québec en compagnie de Steve Thomas, du Kitchose Band et de Dumas qui parraine l’évènement.

Authentique, spontanée, dotée d’un charisme et d’un talent indéniable, Senaya se verra aussi donner le prix du coup de cœur du jury de Vue sur la Relève où elle se démarque en 2004. À travers les préparatifs de son premier album, dont le premier extrait « Garde la tête haute » s’est déjà trouvé une place de choix sur les ondes radio, la carrière de Senaya annonce bien des éloges, elle qui a participé à de nombreux projets et collaborations. Ainsi pouvait-on la voir notamment au grand spectacle anniversaire du référendum de 1980 au Métropolis le 20 mai 2005, au spectacle La Solidarité, On y tient au Medley en juin 2004 et surtout dans plusieurs salles depuis quelques années.

Senaya c’est elle, une auteur-compositeur-interprète qui a goûté et respiré des aires de partout, qui a rencontré des gens et qui a su recevoir et partager. Un vent de liberté, une fleur exceptionnelle aux mille parfums - Zouk, Pop, Soul, R&B, Funk ou encore caribéens - qui puise sa force créatrice de ses racines qui se sont jouées des frontières. Senaya c’est aussi une écriture profonde et des textes saisissants qui, plus authentique et vivante que jamais, en enivrera plus d’un.

Lundi 22 Mai 2006 - 03:50
sur cette page