Connectez-vous S'inscrire

Sexe et chanson. Episode 3: Démons, délices et drames




L'amour dans la chanson ne connaît pas la crise, surtout au-dessous de la ceinture et chanté par des polissons comme Jacques Dutronc (Les Playboys, et son "piège à filles") ou Alain Bashung dont la "petite entreprise" personnelle ne se limitait donc pas aux 35 heures. Quelques paroles pour mémoire: "les doigts palpent l'épiderme". Et sans la rime avec "je t'aime"!

En gardant une oreille ou deux éveillées, les textes révèlent des soupirs oubliés. Par exemple, Une femme avec toi, où Nicole Croisille racontait comment l'orgasme fit donc femme l'héroïne de la chanson au bout de nuits troubles avec "des hommes aussi légers que la cendre de leur cigare".

En ces temps-là (1975), j'avais pas calculé le message. Le tube asséné dans la pleine maturité de la libération sexuelle eût une telle portée sociologique que Ménie Grégoire sur RTL lui consacra son émission quotidienne alors que le MLF battait le pavé.

Quelques années plus tard (1979), Banana Split révéla Lio. Je me souviens du 33 tours où l'on pouvait habiller la poupée Lio dessinée sur la pochette intérieure et jouer avec elle en découpant des planches de vêtements selon les pointillés.

Lio et ses gourmandises assumées, c'était l'anti-thèse des jeunes filles graves comme Marie Trintignant dans Série noire (1979) dont tout ado est tombé amoureux.

Le Banana split fit sensation alors que rien n'étonnait déjà plus personne. Mais l'effronterie de l'abominable teenage tranchait avec l'innocence de France Gall. Ou les sourires de Régine chantant sur le même thème: Ouvre la bouche,ferme les yeux (signé Gainsbourg).



L'exploration du corps a inspiré bien des auteurs. Les hommages callypiges directs et souvent massifs, ne manquent pas dans la musique, de Brassens (Vénus callipyge) à Marc Lavoine (Je rêve de ton cul) en passant par Mylène Farmer (Pourvu qu'elles soient douces). Clips à l'appui, en tout cas pour les deux derniers. De la provoc' à mini-prix.

Mercredi 25 Août 2010 - 13:12



Nouveau commentaire :

sur cette page