Connectez-vous S'inscrire

Sonia Wieder-Atherton Chants d'est




Mitteleuropa, centre de l’Europe, carrefour où se mêlent plusieurs cultures qui luttent contre la perte de leur identité. Cette résistance passe par l’amour de la langue maternelle, interdite. Son écoute, l’étude incessante des thèmes du folklore caractérisent l’univers si particulier de compositeurs comme Janácek, Mahler ou Martinu. Les interpréter, c’est avant tout travailler le rapport à la langue. Plus à l’Est, c’est une histoire de transmission. La musique dit ce qu’il est impossible de décrire. Dans tous les régimes que traverse la Russie, il y a la terreur mais aussi, au-delà, une force qui parfois implose, parfois explose. Ce qui est dit est dit pour tous ceux qui n’ont pas la parole. Attirée par cette double résistance – l’une pour se souvenir de sa langue, l’autre pour raconter l’interdit –, aimantée par cet endroit du monde où je reviens, inlassablement, j’ai réécouté des oeuvres que je connaissais et que j’aimais, j’en ai découvert d’autres, écrites pour voix, choeur, violon, orchestre, piano. J’ai fait appel à Franck Krawczyk pour qu’il m’aide à trouver un chemin parmi elles ou, dans le cas de Janácek, pour qu’il s’en inspire. Ainsi, la route que nous suivrons nous mènera d’un chant tragique à une berceuse, d’un lied racontant un rêve à une danse aux accents tziganes, comme si nous nous laissions conduire par les chapitres d’un même récit.Sonia Wieder-Atherton

Jeudi 26 Février 2009 - 11:42



Nouveau commentaire :

sur cette page