Connectez-vous S'inscrire

Teron Beal




Teron Beal
Son nom ne vous dit peut-être rien pour l’instant, mais Teron Beal est loin d’être un nouveau venu sur la scène POP /R&B. Ce Texan né en 1973 a déjà mis ses talents de songwriter au service d’artistes comme Mya, Deborah Cox, Kelly Rowland, Jamie Cullum ou encore Michael Jackson pour lequel il a écrit « Heaven Can Wait », chanson qui figure sur le dernier album de la Star « INVICIBLE ».

Un déclic qui lui donnera la motivation de se lancer dans l’écriture d’un album personnel, enregistré et produit en Suède, son second pays de résidence. « Jusque-là je n’avais jamais pensé a une véritable carrière musicale en solo, la musique a simplement toujours fait partie de moi, depuis mon enfance et l’influence du Gospel transmise par mon père pasteur. Me retrouver dans un studio en face du grand Michael était juste incroyable »

Ce nouveau départ Européen lui fait prendre une orientation plus pop, où la juxtaposition des genres n’est pas un effet de style mais laisse entrevoir l’étendue de son talent. Les mélodies Soul R&b au phrasé Gospel se télescopent sur des riffs de guitares torturés et percussions acérées. Un son hybride et décomplexé qui contraste avec son look de « bad boy ». « Je pense que j’ai un mélange de tous les styles dans ma tête, du R&B, Gospel, hip-hop, country, rock, j’aime tout ces styles et je mix chacun entre eux. Vous ne les entendrez peut être pas tous, mais ils sont tous incorporés quelque part dans mes chansons »

« Dance at my Funeral » son premier single est un titre original pour un artiste qui ne l’est pas moins, tout comme la superbe vidéo en stop-motion qui l’accompagne. Le second single « New girl » dont la vidéo a été tournée à New York nous montre une fois de plus que Mr Beal ne laisse rien au hasard et reste créatif jusqu’au bout en s’entourant une fois de plus du réalisateur Kamisol.

Son album sortira en digital en avant première le 8 Octobre 2010.

MySpace : www.myspace.com/stereojunkies


Mardi 14 Septembre 2010 - 11:26



Nouveau commentaire :

sur cette page