Connectez-vous S'inscrire

The Killers - Sam’s Town


Les Killers sont devenus en moins de 2 ans l’un des plus grands groupes de rock au monde et ont vendu plus de 5,5 millions d’albums dont plus d’1,5 millions en Angleterre , près de 3 millions aux US, en France ils sont presque Double disque d'or en France avec près de 150,000 albums vendus !!! La production de ce nouvel opus a été confiée à Flood (Mark Ellis) et Alan Moulder (déjà présent sur « Hot Fuss »).




En novembre dernier – après avoir donné plus de quatre cents concerts et vendu plus de cinq millions d’exemplaires de leur premier album, Hot Fuss – les Killers se sont dits qu’ils allaient s’octroyer un repos bien mérité...

“On s’apprêtait à prendre quelques mois de vacances, à s’amuser au soleil,” explique le chanteur Brandon Flowers. Mais deux semaines seulement après leur retour à Las Vegas, les Killers – c'est-à-dire le batteur Ronnie Vanucci, le guitariste Dave Keuning, le bassiste Mark Stoermer, et Flowers – se remettaient à l’ouvrage, s’attelant à l’enregistrement de leur deuxième album, le chef d’œuvre intitulé Sam’s Town. “On s’est rendu compte qu’on avait été en tournée pendant si longtemps qu’il fallait qu’on poursuive sur notre lancée, dit Flowers. Quand j’étais gamin, je lisais l’histoire de ces groupes qui sortaient je ne sais combien d’albums par an. Je suis complètement fasciné par ces artistes prolifiques. Et ça fait chier que l’industrie du disque ait tant changé aujourd’hui. Enfin bref, on a enregistré le plus vite possible.”

Acclamés de toutes parts – cinq nominations aux Awards, deux Moon Men des VMA de MTV – et récoltant, pour l’album Sam’s Town, des premières chroniques dithyrambiques, les Killers n’ont pas l’intention de s’endormir sur leurs lauriers. Ils sont les premiers à admettre que leur périple musical n’en est qu’à ses débuts. Alors, où se rendre, si ce n’est justement à Sam’s Town, nommé d’après un casino qui existe vraiment, et qui se trouve exactement entre Henderson, la ville natale de Flowers, dans le Nevada, et les mille lumières de la ville de Las Vegas. “Sam’s Town [était / est] juste à la lisière de Vegas, explique Flowers. C’était toujours excitant d’y passer, parce qu’on savait qu’on allait enfin quelque part. On était presque à Vegas. Je pense que ça donne une bonne idée de là où nous sommes aujourd’hui.”

La thématique de “fait chier parce que les choses ne sont plus pareilles aujourd’hui” – conséquence du triste décès de nos valeurs américaines à l’ancienne – se situe au coeur de Sam’s Town. Il existe un fil fantasque qui court tout le long de l’album : sur des chansons comme ‘For Reasons Unknown”, ‘The River Is Wild” et le single principal de l’album, “When We Were Young” (qui fait un malheur en radio) Flowers écrit sur une époque où les choses étaient plus simples. “Moi, je suis une erreur ! déclare Flowers, qui explique en riant que ses parents étaient déjà assez âgés à sa naissance. Quand je regarde mon père, ou quand je vois les choses avec son regard, c’est très étrange de constater à quel point tout s’est embrouillé. Mais grâce à lui j’ai beaucoup appris sur les valeurs qui existaient il n’y a pas si longtemps, et je crois que des considérations de ce genre pointent le bout de leur nez sur le nouvel album.” Et si Hot Fuss – qui recelait des hits monumentaux tels que “Somebody Told Me”, “Mr. Brightside”, “Smile Like You Mean It” et “All These Things That I’ve Done” – était bricolé à partir de maquettes, sans véritable souci de former un tout, Flowers considère que Sam’s Town constitue un corpus cohérent – voire un ‘concept album.’ “Plus personne ne fait des albums de cette façon, dit-il, pas peu fier du résultat. Les critiques sont de son avis : dans sa première chronique de l’automne, le magazine Rolling Stone qualifie Sam’s Town d’ “oeuvre nostalgique somptueuse qui se bonifie à chaque écoute,” et d’ajouter : “ un album qui se situe du bon côté de la ligne de démarcation qui sépare le rétro de l’intemporel.” Le NME, magazine musical britannique par excellence, dit que sur Sam’s Town, “les Killers rejettent leur étiquette de ‘Meilleur groupe britannique originaire des Etats-Unis’ pour s’emparer du titre de ‘Meilleur groupe de tous les temps, toutes origines confondues, qui prête moins à confusion. ”

Armés de chansons écrites et composées sur la route -- comme “My List,” “Why Do I Keep Counting?” et “Bones” (pour lequel Tim Burton a récemment réalisé le premier clip vidéo de sa carrière) -- les Killers sont entrés dans leur studio de répétition de Vegas pour continuer à écrire et composer. En trois semaines seulement ils ont créé un arsenal de chansons susceptibles de figurer sur leur prochain album. Sur ce, les fils prodigues de Vegas (et le groupe chouchou du désert du Nevada), eurent l’honneur d’être les premiers à franchir le seuil du studio du Palms Hotel & Casino de Vegas. “Il y a eu beaucoup d’albums live enregistrés dans des casinos, mais c’est le premier album studio à avoir été enregistré dans un casino, explique Flowers. Nous avons estimé que nous méritions ce titre.” Avec à la barre les producteurs légendaires Flood et Alan Moulder (qui avaient précédemment combiné leurs talents sur Pop de U2, et Mellon Collie and the Infinite Sadness des Smashing Pumpkins), le groupe s’est senti inspiré pour atteindre de nouveaux sommets musicaux. “Les chansons sont plus réussies, à la fois au plan musical et au plan des paroles, explique Flowers. Et puis Mark, Ronnie et Dave jouent mieux, maintenant. Je pense qu’on a désormais un son plus compact, plus sûr. A un moment donné, on travaillait sur un morceau qui s’intitulait “Little Angela”, et les producteurs n’étaient manifestement pas satisfaits. On les voyait derrière leur console, à travers la vitre ; je pigeais bien que quelque chose chiffonnait Alan, dit Flowers. J’ai même entendu Alan dire : ‘On est en train d’essayer de transformer ‘Peggy Sue’ en ‘With or Without You.’ Ça m’a vraiment fichu un coup, parce qu’en gros il disait que mes paroles n’étaient pas à la hauteur de la prod’.” Flowers a réécrit les paroles et est revenu avec une mélodie plus solide. Une nouvelle chanson est née : “Read My Mind.” “Ça a été formidable qu’un morceau puisse naître du fait qu’Alan n’était pas content de ce qu’il avait entendu, dit Flowers. C’est la meilleure chanson que j’ai jamais écrite.”

Track List :

* 1. Sam's Town
* 2. Enterlude
* 3. When You Were Young
* 4. Bling (Confession Of A King)
* 5. For Reasons Unknow
* 6. Read My Mind
* 7. Uncle Jonny
* 8. Bones
* 9. My List
* 10. This River Is Wild
* 11. Why Do I Keep Counting?
* 12. Eixitlude
* 13. Morceau cache

Vendredi 10 Novembre 2006 - 00:00
sur cette page