Connectez-vous S'inscrire

The Only Ones




A cause d’un single dont la face A, Another Girl, Another Planet a enthousiasmé tous les amateurs de pop au goût sauvage qui ont eu le privilège de grandir en l’écoutant, les Only Ones, d’Angleterre, sont entrés au panthéon des musiciens qui comptent, dès la fin des années 70. La réédition, accompagnée de bonus, de leurs trois albums remasterisés est plus qu’une aubaine. Il s’agit là d’une véritable bénédiction. Parce qu’il contient le tube en question, ce premier album est le plus indispensable des trois publiés par la formation à laquelle le singer-songwriter Peter Perrett prêtait sa voix traînante d’amateur de Bob Dylan parachuté sur la scène punk. Mais, et c’est flagrant dès les premières mesures de The Whole Of The Law, les Only Ones étaient inclassables. Dans ce titre d’ouverture, la mise en condition est progressive et prétexte à des envolées lancinantes de Perrett, également à l’aise sur des rythmes moins endiablés. Hypnotiques également, les cultissimes Breaking Down et The Beast tanguent entre les univers de Jim Morrison et Syd Barrett, preuve qu’on vole ici à très haute altitude. Dans Creature Of Doom ou No Peace For The Wicked, le groupe (Alan Mair à la basse, Mike Kellie à la batterie et le cinglant John Perry à la guitare) confirmait qu’il était bien un des meilleurs de sa génération. En bonus, Lovers Of Today et Peter And The Pets, faces A et B du premier single du groupe paru en juin 1977, et le rare As My Wife Says, face B du maxi Another Girl, Another Planet de 1978.

Samedi 28 Février 2009 - 14:51



Nouveau commentaire :

sur cette page