Connectez-vous S'inscrire

Thea Hjelmeland - Oh, The Third...


La jeune chanteuse multi-instrumentiste Thea Hjelmeland s'apprête à nous dévoiler son album "Ho, The Third...". Un véritable voyage dans le froid Norvegien dont le départ est prevu pour le 26 mars 2012 !



Thea Hjelmeland - Oh, The Third...
Forde, petit village de l’ouest de la Norvège, 61° 27’ 7’’ N et 5° 50’ 38’’ E, installé dans un fjord entre des montagnes vertigineuses. Proche du Grand Nord donc, avec ses jours sans nuit et sa fascinante nature sauvage.

C’est de là que vient Thea Hjelmeland jeune chanteuse et multi instrumentiste.

Il faut 6 heures depuis Forde pour atteindre l’île où elle étudie la musique dès l’âge de 15 ans. Thea, musicienne précoce, chante depuis sa petite enfance, la légende raconte même qu’elle aurait composé sa première chanson à l’âge de 3 ans. Issue d’une famille de musiciens elle commence à jouer du piano à 7 ans, de la batterie à 12, de la guitare à 13 et apprend plus tard de nombreux instruments à cordes (banjo, ukulélé, mandoline, etc.).

Repérée dans un concours important, qu’elle gagne à 18 ans, on lui donne la chance d’enregistrer un EP. Thea commence à enregistrer dans le grand froid norvégien, puis lassée du froid d’un hiver sans fin, elle décide de faire ses valises pour voyager vers des contrées plus chaudes comme à Cuba où elle passe 6 mois puis s’installe à Paris. Ses chansons s’étoffent alors d’humeurs et de rythmes singuliers, de ses 3 années de vie nomade, de voyages et de concerts.

Elle enregistre des chansons dans des studios norvégiens avec notamment l’un des meilleurs producteurs du pays Jorgen Traeen (Jaga Jazzist, Sondre Lerche, Enslaved, Kaizers Orchestra). La jeune musicienne fait beaucoup de choses seule, elle écrit les paroles et compose les melodies et la plupart des arrangements instrumentaux et vocaux. Elle fait aussi appel à sa famille comme à son frère pour les parties de batteries, à son père qui joue de l’harmonica et s’entoure de ses amis musiciens dont un trompettiste.

Pays exportateur de musiques givrés et metisses, la Norvege compte désormais des artistes de renommée internationale (Thomas Dybdahl, Bjorn Berge, etc.), dans des styles très différents. Des styles Thea en a joué plusieurs au sein de nombreuses formations, de folklore norvégien, de jazz, de rock, d’électro, et aussi dernièrement de hip hop avec Lars Vaular sur un morceau considéré comme un des meilleurs de l’année en Norvège.

Ces chansons qu’elle murit depuis la petite enfance, portées par son accent venu du froid, donnent à entendre une voix singulière et impressionnante de maîtrise. Quand elle chante, ce qu’elle donne à écouter sent tellement la sincérité qu’on est prêt à la suivre sur toutes les scènes, dans les bars comme dans les gros festivals de musique de Norvège où elle a su s’imposer avec une présence sur scène particulièrement remarquée.

Vendredi 2 Mars 2012 - 15:16



Nouveau commentaire :

sur cette page