Connectez-vous S'inscrire

Tristane Banon manifestera contre viol et la violence devant le Palais de Justice




Depuis l’annonce de l’abandon des charges contre Dominique Strauss-Kahn par le Tribunal de New-York fin août 2011, l’opinion reste divisée quant à cette Affaire dont les conséquences pour toutes les victimes (quel que soit leur sexe) d’agression ou de viol pourraient être désastreuses lorsque l’on sait que seules 2% des victimes de viol osent porter plainte.

De nombreuses voix, y compris au PS, se sont d’ailleurs élevées rompant « la loi du silence ».
Sur la page Wikipédia consacrée au récit de cette Affaire, une « guerre d’édition » a même été déclenchée face à la volonté de certains rédacteurs de passer sous silence certains faits ou témoignages.

Mais c’est peut-être sur Facebook et les réseaux sociaux que la mobilisation est la plus active pour que cette Affaire ne soit pas une de plus « étouffée » ou « enterrée », sans autre forme de procès.

En France, DSK va avoir à faire à Tristane Banon qui aurait, également, subie des agressions sexuelles. La jeune femme a décidé de porter plainte mais avoue tout de même que cette situation n'est pas évident à vivre au quotidien. Alors elle veut vivre la tête haute et rejoindra plusieurs associations qui se réuniront le 24 septembre prochain, Place Louis Lépine pour dire tout haut ce que les gens pensent tout bas !

Voici ce que Tristane Banon vient de poster sur son compte Facebook :

Il y a un vrai problème dans ce pays, des choses doivent changer. Le viol et la violence faite aux femmes ne peuvent être banalisés, l'argent et le pouvoir ne sauraient être au-dessus des lois. Ou sinon je n'ai rien compris, ou sinon je n'ai que trop compris. Je ne suis pas Zola pour accuser, mais j'ai laissé les uns et les autres me défendre sur la toile, défendre la cause des femmes dans les médias et ailleurs...

Pourtant, ce qui se joue depuis six jours me donne la nausée. J'entends les gens qui m'arrêtent dans la rue, j'entends les gens qui veulent protester, se faire entendre, crier que le Code Pénal doit être le même pour tous et qu'un jugement doit advenir, qui condamnera ou non mais qui doit être prononcé. J'entends les gens me dire leur écoeurement, j'avale leur soutien pour tenir debout et pourtant c'est moi qui baisse la tête et longe les murs quand d'autres sourient aux caméras.

Je ne peux pas croire que mon pays accueille en héros un homme qui n'a pas été blanchi. Je ne peux pas croire que mon pays envoie les forces de l'ordre, l'argent public, délivrer ce même homme des photographes qui l'assaillent. Je ne peux pas croire que mon pays ait à ce point oublié que l'égalité pour tous faisait partie de sa Constitution, et celle entre l'homme et la femme de son combat.

Je sais que plusieurs associations prévoient de se réunir le samedi 24 septembre à 14h devant le Palais de Justice pour faire entendre leur voix, place Louis Lépine. Dans les jours à venir, cet appel à la mobilisation se fera plus précis, plus concret.

Mais pour la première fois depuis le 15 mai 2011, pour la première fois depuis le 4 juillet qui a suivi, pour la première fois depuis huit ans et demi et pour la première fois depuis 32 ans, je veux être présente moi aussi, je veux faire semblant d'être forte même si je ne sais pas dans quel état physique, moral et psychologique j'y arriverai. Il faut bien relever ses manches vraiment, un jour.

Le 24 septembre je serai aux côtés de celles et ceux qui voudront dire tout haut ce que beaucoup pensent tout bas, je serai devant le Palais de Justice avec vous car au-delà de moi, ce qui se joue en France aujourd'hui est grave pour toutes les femmes, et pour le pays.

J'ai toujours pensé qu'il fallait avoir le courage de ses actes...Nous serons 10, 100, 1000, plus ou moins, mais je ne m'endormirai pas le 24 septembre au soir sans me dire que j'aurais essayé de changer cette injustice-là.

Samedi 10 Septembre 2011 - 15:36



Nouveau commentaire :

sur cette page