Connectez-vous S'inscrire

Un cadeau de Bruni et Carlat pour Carla Bruni-Sarkozy


Les habitants du hameau de Bruni,en Italie, jumelé avec le village de Carlat, dans le Cantal ont confié à une délégation auvergnate une pierre des Dolomites, avec pour mission de la remettre "en signe d'amitié" à Carla Bruni-Sarkozy.



Un cadeau de Bruni et Carlat pour Carla Bruni-Sarkozy
Une union de gauche pour un cadeau à la première Dame de France ! Les habitants de deux villages de montagne classés à gauche et jumelés, Bruni en Italie et Carlat dans le Cantal, ont décidé d'offrir à Carla Bruni-Sarkozy une pierre des Dolomites, confiée à une délégation auvergnate qui a pour mission d'offrir le présent à la Première dame de France.

Tout à commancé en 2010. "A la fin d'un conseil municipal, j'ai annoncé à mes collègues : Nous allons nous jumeler avec Bruni. Tout le monde a rigolé", se souvient le maire communiste de Carlat, Alain Cousin. "Nous avons fait des recherches sur internet et avons trouvé des communes de Bruni au Texas, en Espagne, en Argentine... On a choisi celle d'Italie", dit-il. Il prend alors contact avec son homologue italien, Geremia Gios, maire de Vallarsa, groupement de communes qui compte une quarantaine de villages dont celui de Bruni, dans la région des Dolomites, dans les Alpes italiennes. Geremia Gios accepte l'union. Les noces sont célébrées à l'été 2010. Un jumelage officialisé le 14 juillet 2010. "Nous avions invité Mme Bruni mais elle s'était excusée, souhaitant bonne chance à l'amitié franco-italienne", raconte Alain Cousin.

Une idylle sans nuage

Depuis peu, l'édile a transmis à un ami député communiste, Jean-Claude Sandrier, le cadeau pour Carla Bruni remis par les Italiens lors de la visite d'une délégation d'une vingtaine de Carladésiens à Bruni mi-octobre. "Il a ses entrées à l'Elysée", explique Alain Cousin. "Je vais appeler le collaborateur parlementaire du président" la semaine prochaine, une fois de retour à l'Assemblée, dit plus simplement le député du Cher. "J'ai le cadeau. C'est avec un edelweiss dessus. Je me suis permis de regarder" dans la boîte, ajoute le député. "Par respect pour les Italiens, je vais m'acquitter de cette mission", assure-t-il.

Seul point de dissension entre les deux communes le dessin sur la pierre. Pour le maire italien "il ne s'agit pas d'un edelweiss mais d'un lys" dessiné sur "ce cadeau fait par un artisan local". Depuis leur union, rien ne semble ternir l'idylle des deux communes, politiquement du même bord, malgré la barrière de la langue.

Les Italiens doivent à leur tour se rendre à Carlat à l'été 2012. Au programme: visite d'une usine de parapluies, principale industrie d'Aurillac, et d'une laiterie de la région. Carlat espère poursuivre ces échanges en faisant participer les clubs de foot et du troisième âge. Une façon de faire connaître le village et son rocher surmonté d'une citadelle rasée en 1600, appartenant à la famille princière de Monaco.

Jeudi 24 Novembre 2011 - 14:37



Nouveau commentaire :

sur cette page