Connectez-vous S'inscrire

Walkyrie en DVD




Walkyrie en DVD
S'il a toujours été un fidèle serviteur de son pays, le colonel Stauffenberg s'inquiète de voir Hitler précipiter l'Allemagne et l'Europe dans le chaos. Comprenant que le temps presse, il décide de passer à l'offensive : en 1942, il tente de convaincre plusieurs officiers supérieurs de la nécessité de renverser Hitler. Un an plus tard, tandis qu'il se remet de ses blessures de guerre, il rejoint la Résistance allemande pour mettre au point l'Opération Walkyrie destinée à éliminer le Führer. Alors qu'il n'était au départ qu'un des nombreux conspirateurs, Claus von Stauffenberg se retrouve bientôt en première ligne : c'est lui qui devra assassiner Hitler...

Des pirates dans la Wehrmacht !
Le casting de Walkyrie compte parmi ses membres Bill Nighy, Tom Hollander et Kevin McNally, qui ont déjà joué ensemble dans les épisodes 2 et 3 de la saga Pirates des Caraïbes.

L'habit ne fait pas le moine...
... mais pour Bryan Singer, il fallait que les vêtements soient le plus authentiques possible, tout en restant visuellement attrayants. C'est pourquoi il a choisi de faire appel à la costumière Joanna Johnston, qui s'est fait connaître pour son travail sur Il faut sauver le soldat Ryan.

Reconstruction
Le plus gros défi de la chef décoratrice Lilly Kilvert a été de reoonstituer la cadre de l'Allemagne nazie à Berlin, ville entièrement reconstruite après-guerre, en raison des bombardements massifs qu'elle a essuyés, et du fait que les Allemands ont bien pris soin qu'aucun vestige de cette sombre époque ne subsiste.

Tournage local
Le tournage de Walkyrie s'est déroulé en Allemagne, et plus précisément au Bendlerblock, le QG militaire où l'opération a été élaborée avant d'échouer.

Des prises de vues élaborée
Bryan Singer et son chef opérateur, Newton Thomas Sigel, font évoluer leur travail de prises de vues entre la première et la deuxième partie du film : pendant la préparation de l'attentat, les deux hommes ont utilisé des grues et des dollys, pour obtenir des plans plus classiques; puis, lorsque la tension monte d'un cran, ils ont tourné caméra à l'épaule, mais en donnant l'impression que celle-ci est montée sur un chariot.

Bienvenue dans les annés 40
Afin de s'écarter au maximum de la représentation habituelle des films situés pendant la Seconde Guerre Mondiale, Bryan Singer a envisagé une atmosphère qui évoque la beauté ténébreuse des grands classiques des années 40, tout en correspondant au rythme d'un thriller contemporain.

Accessoire encombrant
Blessé en Afrique du Nord, Claus von Stauffenberg a perdu l'usage d'un oeil, ce qui a contraint Tom Cruise a jouer avec un bandeau : "C'était très éprouvant", admet le comédien. "Au départ, cela m'a déséquilibré, et je me suis mis à sa place, en imaginant tout ce qu'il a dû endurer au quotidien. C'était aussi difficile pour moi, en tant qu'acteur, de m'exprimer avec le visage à moitié couvert."

Un héros mystérieux
Malgré les recherches qu'il a effectuées, Christopher McQuarrie et Nathan Alexander n'ont pas réussi à faire la lumière sur toute la personnalité de Claus von Stauffenberg : "Il restera une figure énigmatique. Au fil des années, il a souvent été considéré comme un bouc émissaire, mais je pense qu'on doit surtout retenir ses actes et les risques qu'il a pris", déclare Christopher McQuarrie.

Une histoire d'accents
Malgré sa volonté de coller au plus près des faits, Bryan Singer a tenu à ce que les comédiens principaux (anglophones pour la très grande majorité d'entre eux) gardent leurs accents d'origine : "(...) je me suis dit que cela aurait plus de force de les laisser garder leur accent natal", raconte le réalisateur. "Quand le film commence, nous sommes dans l'Allemagne du milieu des années 40 et ce qui nous plonge dans cet univers, ce sont les personnages ? ces soldats fiers qui s'aperçoivent que leur dirigeant est un monstre dont il faut se débarrasser. Notre priorité était de mettre en avant la dimension humaine de ces personnages."

Jeudi 13 Août 2009 - 12:30



Nouveau commentaire :

sur cette page