Connectez-vous S'inscrire

When you're strange

Date de sortie cinéma : 9 juin 2010


Réalisé par Tom DiCillo
Avec Johnny Depp



When you're strange
A l'origine, il y a Les portes de la perception, le livre d'Aldous Huxley sur son expérience de la mescaline et d'autres drogues hallucinogènes. La citation de William Blake, qui lui a fourni le titre de ce livre, inspira également Jim Morrison et Ray Manzarek pour le nom du groupe - The Doors - qu'ils fondèrent en 1965 à Venice Beach avec John Densmore et Robby Krieger. Ils allaient devenir l'un des groupes les plus importants et les plus influents du rock américain.

Premier long-métrage documentaire sur "The Doors"

Tout premier long-métrage documentaire sur les Doors, When You're Strange retrace le parcours de l'un des groupes de musique le plus “sombre et dangereux” qu'aient connus les Etats-Unis. S'appuyant exclusivement sur des images d'archives tournées entre 1966 et 1971, Tom DiCillo évoque l'histoire du groupe et l'Amérique des années 60 avec un sens de l'urgence très contemporain. Accompagné par un texte de Tom DiCillo, auquel Johnny Depp, lui-même grand fan du groupe, prête sa voix, le film nous fait pénétrer dans l'univers des Doors, où l'expérience de la célébrité côtoie la drogue et l'alcool, mais souligne aussi le rapport viscéral de ces artistes à la musique. Si les combats et les excès de Jim Morrison assurent un fil rouge au film, When You're Strange évoque également Ray Manzarek, Robby Krieger etJohn Densmore, des musiciens dont l'attachement à la liberté de création et le refus des compromis ont inspiré toute une génération, et plus encore.

La bande annonce


Extrait 1


Extrait 2


La naissance du projet

Le réalisateur Tom Dicillo raconte les difficultés auxquelles on doit en général faire face lorsque l'on veut réaliser un film indépendant, mais par chance ce ne fut pas le cas avec celui-ci: " Il est extrêmement difficile aujourd’hui de financer des films indépendants mais pour ce projet j’ai eu de la chance, puisque ce sont les producteurs qui ont fait appel à moi. Ils m’ont parlé de tout ce matériel sur les Doors qu’ils voulaient utiliser et m’ont demandé de proposer un concept. A la suite d’un deal avec le groupe, ils avaient eu accès à des images jamais vues, filmées et accumulées sur la route pendant 5 ans. Il y avait tant de mystère et de mythe autour des Doors que la difficulté consistait à trouver un angle personnel pour révéler une part de vérité sur ce groupe, et à le faire avec précision. En me plongeant dans les images d'archives, j'ai eu l'impression de voir le reflet de l'Amérique dans un miroir. Sauf que c'était le reflet d'une Amérique d'il y a 40 ans. Pourtant, ces images étaient aussi puissantes et vivantes que si elles avaient été tournées la veille. Elles avaient la force dramaturgique d'un film de fiction. Je voulais que cela se ressente dans le documentaire. Il fallait qu’il soit presque à l’image de Jim Morrison qui en est le personnage principal. La narration est imprégnée de cette singularité. Johnny Depp, qui a accepté de faire la voix-off, est également un grand fan des Doors et a partagé avec moi le sentiment d’une découverte très personnelle. "

Un film de Jim Morrison inédit!

En 1970, en pleine gloire des Doors, Jim Morrison réalise avec quelques amis un film expérimental : "HWY - An American Pastoral". Celui qui restera son unique film est une sorte de western métaphysique contemporain dont le personnage principal, cheveux longs, cuir noir et bottes, est interprété par Morrison lui-même. Tom DiCillo a retrouvé le master 35 mm original de ce film de 45 minutes et il en utilise des extraits saisissants, des images inédites qui donnent un aperçu supplémentaire de la personnalité de l'artiste. Le réalisateur explique la provenance de ces images et l'utilisation qu'il a souhaité en faire dans son documentaire: " Jim Morrison a fait l’école de cinéma à l’UCLA (University of California, Los Angeles), il voulait être cinéaste, encore plus que poète. Il a embauché Paul Ferrara, un camarade de classe, pour le filmer en 1970. Il s’est financé seul. Paul Ferrara l’a filmé dans le désert, ce qui équivaut à 45 minutes de film, que j’ai utilisé. L’idée était de se servir de ce film comme base et d’y ajouter une narration. Le désert est donc en quelque sorte le fil conducteur de When you’re strange. En plus des archives de concerts et d’interviews, on y voit Jim Morrison errant à travers le film, dans une quête pour se trouver lui-même, et l’esprit des Doors."

L'objectif de Tom Dicillo

Le réalisateur évoque son lien avec les Doors et surtout les éléments qu'il a voulu mettre en valeur dans son documentaire pour mettre fin à la dimension un peu morbide du groupe et redonner de l'importance aux autres membres des Doors, parfois trop effacés par la personnalité et l'image de leur leader charismatique, Jim Morrison: "Je les ai entendus pour la première fois à 14 ans, c’est l’un de mes groupes préférés mais je ne partage pas de fascination morbide pour Jim, et je ne me suis jamais rendu sur sa tombe à Paris. Je n’avais pas d’idée arrêtée pour faire ce film. Je voulais juste me débarrasser de la mythologie poussiéreuse et romantique qui entoure le groupe, montrer Jim comme un être humain, brillant et précoce, avec sa complexité et les changements qu’il traverse. Il n’avait pas véritablement de morale de vie, mais beaucoup de talent et autant de problèmes. Avec l’alcool, la drogue, il cherchait les moyens de transformer sa perception. Morrison est évidemment le personnage central du film car c’est le plus dynamique, mais j’ai aussi découvert les autres membres du groupe : je ne savais pas que Robby Krieger avait écrit la moitié des chansons, comme Light my fire par exemple."

Les influences de Tom Dicillo

Le réalisateur Tom DiCillo dit s'être inspiré du travail "spécial et étrange" du documentariste Errol Morris qui remporta notamment l'Oscar du Meilleur Film Documentaire pour The Fog of War en 2003, ainsi que des ouvrages tels que Elvis 56 d’Alan et Susan Raymond publié en 1987, qui montre le King comme un enfant à l’orée de la gloire.

Le star system

En suivant le parcours du groupe, le film s’intéresse également à une de ses facettes méconnues et sous-estimées, le star system. Ce thème était déjà la toile de fond du précédent film de Tom DiCillo, Delirious (2006). Le réalisateur revient sur l'esprit d'innovation du groupe qui a également fait son succès: "Je vis à New York, et Los Angeles ressemble pour moi à un numéro d’Entertainment Weekly, ces gens sont des aliens et leur comportement me fascine. Morrison (comme le personnage principal de Delirious) est devenu célèbre par accident. J’ai beaucoup de sympathie pour cette idée. Au moment où les Doors émergent, ils apportent avec eux une combinaison d’unique et de nouveau, comme seul Elvis a su apporter. Morrison est sexy, poète, dangereux, intello. Sa voix est unique. Il exprime très librement son côté féminin. Son attirail, ses vêtements, ses pantalons en cuir ne sont pas du tout nostalgiques, ils transcendent la période. Leur musique n'était pas toujours harmonieuse, et devenait même souvent dérangeante lorsque les excès de Morrison ont pris le pas sur le reste. Mais en tant que cinéaste indépendant, je me reconnais dans ce refus des compromis. Les Doors n'ont jamais vendu leur âme. Cela m'a beaucoup inspiré de me souvenir que tout n'est pas à vendre…"
Pourquoi les Doors?

Tom DiCillo signe un documentaire sur un groupe et son histoire qu'il considère adapté à une version cinématographique, et surtout dont la musique s'adresse à tous: "La musique des Doors est très proche du cinéma : elle recèle des drames, du sexe, de la poésie et du mystère. Elle s'adresse à tous ceux qui ont déjà ressenti le frisson glacial de la solitude et de l'étrangeté en eux, c'est-à-dire nous tous..."

The Doors: un groupe mythique

The Doors est un groupe de rock américain fondé en juillet 1965 à Los Angeles, Californie et dissous en 1973, deux ans après la mort de son chanteur charismatique Jim Morrison, à l'âge de 27 ans. Malgré une existence plutôt brève, The Doors est l'un des groupes les plus marquants de l'histoire du rock, et sa musique a influencé de nombreux artistes. Très populaires pendant leurs années d'activité grâce à des titres comme Break On Through ou Light My Fire, les quatre musiciens (Jim Morrison - chanteur, John Densmore - batteur, Ray Manzarek - bassiste, Robby Krieger - guitariste) connurent cependant une plus grande popularité après leur dissolution notamment en raison du culte voué à leur chanteur, poète et performer charismatique, dont la vie tumultueuse et la mort précoce ont contribué à créer la légende. Affilié à la scène du rock psychédélique, le groupe s'est distingué par une musique protéiforme et assez unique empruntant à la fois au blues, au jazz mais aussi au flamenco et aux musiques de fanfare, et profondément influencée par l'art et la poésie en particulier. Toutes ces caractéristiques ont fait de The Doors un groupe culte.

Les Doors et le cinéma

L'histoire tumultueuse des Doors a déjà attiré l'intérêt du cinéma. Le réalisateur américain Oliver Stone a réalisé un biopic du groupe en 1990 simplement intitulé Les Doors, avec dans le rôle de Jim Morrison, l'acteur Val Kilmer.

Lundi 10 Mai 2010 - 19:31



Nouveau commentaire :

sur cette page