Connectez-vous S'inscrire

Youssou Ndour - Dakar-Kingston

Sortie le 8 mars 2010




Youssou Ndour - Dakar-Kingston
C’est depuis Dakar, avec de très nombreuses incursions dans le monde occidental, que Youssou Ndour mène sa géopolitique de la musique.

La stratégie est d’abord panafricaine. « Ce que nous partageons, nous, Africains, est plus important que ce que l'on ne partage pas », répète à l’envie ce garçon élégant et quinquagénaire, grandi dans la Médina de Dakar. Unir le continent noir est une priorité de longue date, et la clé (avec l’amour, la fête et les opinions) de trente sept ans de pratique professionnelle de la musique. Obligatoirement, ce parcours devait déboucher sur une expression musicale devenue universelle, le reggae, né en Jamaïque dans les années 1960.

Homme de medias et de combats citoyens – de l’effacement de la dette africaine à la lutte contre le fléau du paludisme -, Youssou Ndour connaît la portée politique du reggae, un genre directement lié au rastafarisme, dont la figure dominante fut Haïle Selassie, le Ras Tafari, empereur noir de l’Ethiopie.
Youssou Ndour aurait pu tomber dans l’hommage plat au héros fédérateur Bob Marley. Mais il a choisi de se regarder dans le miroir du reggae. Cuivres, percussion, lignes de basse, guitare, l’album a été enregistré au printemps 2009 aux studios Tuff Gong de Kingston, avec Dean Fraser au saxophone, Michael Fletcher à la basse, tendance dancehall, Earl “Chinna” Smith à la guitare, Mutabaruka au chant et à la poésie…), se marient à la mémoire et à la modernité africaines.

Les voix de Patrice, Ayo ou encore du groupe Morgan Heritage sont présentes mais le fil rouge a pour nom Youssou Ndour, de Bombay à Rio, de Dakar à Melbourne, de New-York à Bamako.

VIDÉO du MAKING OF DAKAR-KINGSTON

Youssou Ndour aurait pu tomber dans l’hommage plat au héros fédérateur Bob Marley. Mais il a choisi de se regarder dans le miroir du reggae. Cuivres, percussion, lignes de basse, guitare, l’album a été enregistré au printemps 2009 aux studios Tuff Gong de Kingston, avec Dean Fraser au saxophone, Michael Fletcher à la basse, tendance dancehall, Earl “Chinna” Smith à la guitare, Mutabaruka au chant et à la poésie…), se marient à la mémoire et à la modernité africaines.

Les voix de Patrice, Ayo ou encore du groupe Morgan Heritage sont présentes mais le fil rouge a pour nom Youssou Ndour, de Bombay à Rio, de Dakar à Melbourne, de New-York à Bamako.

Jeudi 4 Mars 2010 - 16:21



Nouveau commentaire :

sur cette page